Un accord pour promouvoir la féminisation de la Direction ?

Publié le 5 Juillet 2018

L’Institut Français des Administrateurs vient de publier son baromètre annuel (voir image en bas de l'article). Une fois n’est pas coutume, la France est le meilleur élève européen en termes de mixité hommes/femmes dans les Conseil d’Administration des grandes entreprises. En effet, 42,5% des administrateurs des sociétés du CAC40 sont… des administratrices ! Ce chiffre flatteur ne doit rien au hasard : depuis 2011 une loi a imposé aux sociétés françaises de féminiser leurs Conseils, avec a minima 40% de femmes. Le nombre de femmes au sein des Conseils d’Administration des entreprises françaises a donc grimpé en flèche au cours de ces dernières années.

Chez SYSTRA, l’application de la loi a permis de féminiser le Conseil de Surveillance. Sur les 15 membres que compte le Conseil, les femmes sont passées de 2 début 2015, à 7 aujourd’hui. C’est une progression incontestable !

En revanche, si l’on regarde le management de l’entreprise, SYSTRA est plutôt un mauvais élève : aucune femme au Directoire, aucune femme au Comité Exécutif, aucune femme non plus à la tête d’une Direction de Région. La photo de nos Dirigeants qui ornait le rapport d’activité de SYSTRA en 2017 est à ce titre révélatrice : pas de place pour les femmes. Et en un an, il n’y a eu aucune amélioration.

Aussi, la CFDT profite des négociations qui s’ouvrent cet été dans l’entreprise sur l’égalité professionnelle, pour rappeler son attachement à la promotion des femmes dans les postes à responsabilités. Nous proposons qu’un accord d’entreprise fixe des objectifs chiffrés pour que des femmes fassent leur entrée au Comité exécutif, à la tête d’une Région… et pourquoi pas au Directoire ! Si la loi a réussi à féminiser notre Conseil de Surveillance, un accord d’entreprise… et un peu de bonne volonté, devraient permettre de féminiser aussi l’équipe de Direction de SYSTRA !

Un accord pour promouvoir la féminisation de la Direction ?

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article