Communication de votre augmentation et de votre prime

Publié le 24 Avril 2020

Communication de votre augmentation et de votre prime

A ce jour, plusieurs salariés SYSTRA SA n’ont toujours pas reçu de courrier précisant leur augmentation et le montant de leur prime variable. En temps normal, il est de coutume que ce courrier soit remis par le manager en main propre.

La CFDT SYSTRA a interrogé la DRH-France qui nous a répondu :

  • Cette semaine (S17) : Phase d’information des salariés par leur manager

Depuis la fin de semaine dernière, les Managers sont en mesure d’appeler leurs collaborateurs pour les informer de leur augmentation et de leur prime de résultat

  • Semaine prochaine : Phase de versement des augmentations

Chaque salarié pourra retrouver de façon réelle l’impact de leur augmentation sur leur bulletin de salaire en fin de mois (comme d’habitude)

  • Semaine du 4 mai : Phase de transmission des courriers dans les coffres forts digitaux

Les courriers de notification (Augmentation et Prime) seront déposés dans les « Coffres forts digitaux » de chaque salariés début Mai.

 

Il y aura un traitement particulier, à la main, pour adresser ces courriers par mail aux personnes qui ont expressément refusé la digitalisation (on parle de quelques personnes)

 

Normalement, tous les managers et tous les RH ont reçu cette information et devraient être en capacité de la communiquer à leurs équipes.

 

« Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? »  Solidarité à géométrie variable

 

La Direction a demandé aux salariés de SYSTRA de faire des efforts durant cette période difficile, à savoir :

  • poser des RTT en restant confinés chez eux,
  • décaler le payement de la prime annelle et de l’intéressement, et
  • se mettre en activité partielle pour certain nombre d’entre eux.

Alors que la Direction en appelle à la solidarité, les salariés peuvent légitimement s’interroger :

  • Quels sont les efforts que les dirigeants et hauts salaires envisagent de faire, pour cette année, en termes de réduction des rémunérations, primes et parties variables ?

A cette question la Direction SYSTRA demeure très discrète…

Pour les aider dans leurs réflexions, rappelons quelques exemples à suivre :

  • Nouvelle-Zélande, Bulgarie, Autriche… Des ministres baissent leur salaire par solidarité
  • De nombreux chefs d'entreprises ont décidé de baisser leurs salaires, en pleine épidémie de coronavirus.
    • Sébastien Bazin, patron du groupe hôtelier Accor, réduit le sien de 25% pendant la durée de la crise sanitaire, ainsi que celui des membres du conseil d'administration.
    • Florent Ménégaux, patron de Michelin, fait la même chose, tout comme
    • Sophie Bellon, la patronne de Sodexo, qui renonce à la moitié de son salaire  
    • Au Royaume-Uni, plus de trente grandes entreprises, dont Rolls Royce ou British Telecom, viennent de prendre cette décision.
    • En Italie, le patron de Fiat, idem.
    • Aux États-Unis, les pontes de Disney, des hôtels Marriott et de Boeing…dito.

 

Anne répond : « Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie. »

 

La médecine du travail dans le contexte de la crise sanitaire

 

La visite d’information et de prévention ainsi que l’examen d’aptitude et la visite intermédiaire devant avoir lieu entre le 12 mars et le 31 août peuvent être repoussés jusqu’au 31 décembre 2020, sauf exception ou appréciation contraire du médecin du travail, prévoit un décret du 8 avril 2020.

Les reports et les exceptions

Le médecin du travail peut reporter, au plus tard jusqu’au 31 décembre 2020, la date de réalisation des visites et des examens médicaux suivants, dont l’échéance est comprise entre le 12 mars et le 31 août 2020 :

  • la visite d’information et de prévention initiale
  • le renouvellement de la visite d’information et de prévention
  • le renouvellement de l’examen d’aptitude et de la visite intermédiaire pour les salariés bénéficiant d’un suivi individuel renforcé

Toutefois, sont exclus de cette possibilité de report de visites et/ou d’examens :

  • la visite d’information et de prévention initiale pour les travailleurs handicapés, les travailleurs mineurs, les travailleurs qui déclarent être titulaires d’une pension d’invalidité, les femmes enceintes, venant d’accoucher ou allaitantes, les travailleurs de nuit et les travailleurs exposés à des champs électromagnétiques affectés à des postes pour lesquels les valeurs limites d’exposition fixées à l’article R. 4453 3 du Code du travail sont dépassées;
  • l’examen médical d’aptitude initial pour les salariés bénéficiant d’un suivi individuel renforcé
  • le renouvellement de l’examen d’aptitude pour les travailleurs exposés à des rayons ionisants classés en catégorie A
  • ou sauf appréciation contraire du médecin, aucune visite ni aucun examen précité ne peuvent être reportés ou ne pas être organisés lorsque le médecin du travail estime indispensable de respecter l’échéance normale, au regard des informations dont il dispose concernant l’état de santé du salarié, ainsi que des risques liés à son poste de travail ou à ses conditions de travail.

 

Cas de la visite de reprise (ou pré-reprise)

En principe, le travailleur bénéficie d’un examen de reprise du travail par le médecin du travail après un congé de maternité, une absence pour cause de maladie professionnelle ou après une absence d’au moins trente jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel, dans un délai de huit jours suivant la reprise effective du travail (C. trav., art. R. 4624- 31; C. rur., art. R. 717-17-1).

Par dérogation, le médecin du travail n’est pas tenu d’organiser la visite de pré-reprise lorsque la reprise du travail doit intervenir avant le 31 août 2020. Le décret prévoit que le médecin du travail :

  • organise l’examen avant la reprise effective du travail lorsque concerne les travailleurs handicapés, les travailleurs mineurs, les travailleurs qui déclarent être titulaires d’une pension d’invalidité, les femmes enceintes, venant d’accoucher ou allaitantes, et les travailleurs de nuit;
  • peut reporter l’examen, sans que ce report ne fasse obstacle à la reprise du travail, sauf s’il porte une appréciation contraire, dans la limite d’un mois suivant la reprise du travail pour les travailleurs faisant l’objet d’un suivi individuel renforcé et dans la limite de trois mois suivant la reprise du travail pour les autres travailleurs.

 

Information du report

Lorsqu'une visite médicale est reportée en application du décret, le médecin du travail en informe l’employeur et le travailleur, en leur communiquant la date à laquelle la visite est reprogrammée. Dans le cas où le médecin du travail ne dispose pas des coordonnées du travailleur, il invite l’employeur à communiquer à ce dernier ces informations.

De même, lorsque la visite de pré-reprise n’est pas organisée, le médecin du travail en informe la personne qui l’a sollicitée.

Prescription d’arrêt et test de dépistage

Un décret à paraître doit déterminer les conditions dans lesquelles le médecin du travail est exceptionnellement autorisé à prescrire et renouveler un arrêt de travail, ainsi qu’à procéder à des tests de dépistage du Covid-19, en application de l’ordonnance n° 2020-386 du 1er avril 2020 aménageant les modalités d’exercice des missions des services de santé au travail. Par ailleurs, un arrêté des ministres chargés de la Santé et du Travail définira le protocole de dépistage.

 

Sélection culturelle

-----

Restez à la Maison ! Portez-vous bien. Confiance et Résilience.

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article