Publié le 28 Avril 2016

Intéressement 2016 : explications sur les 1 000€

La Direction a présenté officiellement, en Comité d’entreprise, le montant de l’intéressement que nous percevrons en juillet 2016, au titre de l’exercice comptable 2015. Pierre Verzat l’avait annoncé lors de la cérémonie des vœux en janvier: le montant de l’intéressement sera de 1 000€ par personne.

Mais ce qu’avait omis de préciser le Président du Directoire, c’est que ce montant de 1 000 € intègre en réalité un supplément d’intéressement de près de 200€ par personne. Décryptage !

Ainsi, en appliquant à la lettre l’accord d’intéressement, auquel la CFDT n’a cessé de s’opposer et qui a malgré tout été signé en catimini en 2014, le montant par personne n’aurait été que de 800€ … Socialement, la situation aurait été tout aussi explosive qu’en 2014 ! Alors que sur 1 an le chiffre d’affaires a augmenté de 18% et l’EBIT de 13%, l’intéressement, lui, aurait chuté de plus de 50% ! En effet, ce très mauvais accord d’intéressement ne tient pas compte du fait que les objectifs fixés par les actionnaires sont très ambitieux et leur atteinte, année après année, équivaut à une prouesse, voire même à un exploit !

Du coup, pour éviter une mobilisation des salariés contre un intéressement de 800€, comme cela avait été le cas il y a 2 ans, le Directoire a donc décidé d’allouer un supplément d’intéressement pour atteindre la barre des 1 000€.

C’est bien joué de la part du Directoire, car en franchissant la barre symbolique des 1 000€, il sera plus difficile de mobiliser les salariés. Mais ni les salariés, ni la CFDT ne sont dupes. Même avec 1 000€, l’intéressement chute de 40% par rapport à l’an dernier… et il a été divisé par 2 sous le mandat du Directoire ! C’est inacceptable et bien entendu totalement incompatible avec les ambitions de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) affichée en vitrine par la Direction.

Clairement, 1 000€ c’est bien trop peu, par rapport à ce qui devrait être la cible dans une société aux ambitions telles qu’affichée par SYSTRA ! L’accord d’intéressement actuel arrivera à son terme fin 2016. La CFDT aura à cœur qu’un nouvel accord pour le futur soit bien mieux négocié, plus équilibré, et permette de tenir compte dans la redistribution aux salariés des objectifs très (trop ?) ambitieux fixés par les actionnaires.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 20 Avril 2016

Elections au Conseil de Surveillance : du 9 au 15 juin

Les mandats du Directoire et du Conseil de Surveillance de SYSTRA arrivent à échéance au 1er semestre 2016. Le Conseil de Surveillance regroupe 8 représentants des actionnaires, 2 indépendants et 5 représentants des salariés. Un vote électronique aura lieu du 9 au 15 juin 2016 afin d’élire vos représentants pour les 5 prochaines années.

Lors de ces élections, tous les salariés de SYSTRA pourront voter. Les salariés de droit privé (CDD ou CDI) seront automatiquement inscrits sur les listes électorales. Les agents MAD de la SNCF ou de la RATP ayant 12 mois d’ancienneté chez SYSTRA pourront également voter, à condition qu’ils en fassent la demande auprès des RH avant le 28 avril.

Le Conseil de Surveillance est l’instance de gouvernance de SYSTRA qui contrôle le Directoire, valide la stratégie et le budget, analyse les comptes, etc. Il s’agit donc d’une instance particulièrement importante dans la vie de l’entreprise, qui est présidée en alternance tous les 2 ans par la Présidente de la RATP, puis le Président de la SNCF.

Aussi, la CFDT invite tous les salariés de SYSTRA à se mobiliser massivement lors de ces élections, afin de donner la plus grande représentativité possible à leurs Représentants. Nous invitons également les agents MAD SNCF/RATP à se manifester au plus vite (avant le 28 avril) auprès de la DRH pour s’inscrire sur les listes électorales et participer à ses élections.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 14 Avril 2016

RSE, la CFDT participe : préserver l’environnement

Comme annoncé le mois dernier, la CFDT a décidé de participer à la consultation lancée par la Direction sur la démarche RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise). Le thème du mois est « préserver l’environnement ».

Les déplacements revêtent sur ce thème un enjeu essentiel. Il s’agit des trajets domicile – travail, mais également des déplacements professionnels. Pour la CFDT, la Direction de SYSTRA doit favoriser les déplacements en transports collectifs ou en modes doux. La prise en charge à 100% des abonnements de transport est une bonne chose, mais nous considérons que cette prise en charge doit être cumulative avec les abonnements de vélo en libre-service et de parcs à vélo payant (type VELIGO) et l’indemnité kilométrique vélo. En effet, un salarié peut être amené à utiliser son vélo pour rejoindre une gare de TER/RER ou une station de métro, le laisser dans un parc à vélo toute la journée, avant de poursuivre son trajet avec les transports collectifs.

Concernant les déplacements professionnels, la CFDT considère que la Direction de SYSTRA pourrait remplacer les véhicules de service diesel par des véhicules hybrides voire 100% électriques.

Bien entendu, le télétravail peut également constituer une façon de réduire l’impact des déplacements sur l’environnement. La CFDT redit à cette occasion sa volonté d’assoupir les clauses restrictives que la Direction a voulu mettre dans l’accord, par exemple en ne limitant pas le seul télétravail aux mardi et jeudi, et en supprimant à terme toute clause relative à un temps de trajet minimum (actuellement 1h minimum aller simple pour être éligible au télétravail).

Mais « l’environnement » ne se limite pas au seul aspect « écologique ». Pour la CFDT, préserver l’environnement c’est également préserver l’environnement de travail ! Par exemple, au Farman le renouvellement de l’air et l’ambiance thermique constituent des enjeux importants. De même le développement des open spaces sont une source de dégradation de l’environnement de travail eu égard aux nuisances sonores fortes qu’ils engendrent.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Avril 2016

Résultats 2015 : l’intéressement grand oublié !

La Direction a publié jeudi un communiqué de presse, repris dans de nombreux canards (Le Monde, Le Figaro, etc.), où elle se félicite des résultats financiers 2015 de SYSTRA. La Direction met notamment en avant la hausse du chiffre d’affaires de 18%, la hausse de l’EBIT de 18% également, et le carnet de commande qui se situe à près de 1 Mrd€. Le tout étant qualifié de « situation financière saine ».

Mais malgré cette hausse de 18% de la rentabilité, le communiqué précise que l’EBIT « n’atteint pas tout à fait l’objectif initial, du fait des difficultés de certaines économies. ». Ce bout de phrase sibyllin paraitrait presque anecdotique… et pourtant : c’est oublier que le diable se cache toujours dans les détails !

Car ce que le communiqué de presse omet de préciser, c’est que ce bout de phrase sert de prétexte à la Direction pour justifier une chute de l’intéressement de plus 40% par rapport à l’an dernier. Au lieu de 1700€ l’an dernier, les salariés devront se contenter de 1000€…

Pour la CFDT cette situation est anormale. Alors que le chiffre d’affaires dépasse pour la 1ère fois de l’histoire de SYSTRA la barre des 600M€ et l’EBIT pour la première fois les 25M€, les salariés se voient récompensés de leurs efforts par une chute significative de leur intéressement… à l’heure même où SYSTRA dit vouloir s’engager dans une politique de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) ! Une entreprise responsable sociétalement peut-elle vraiment augmenter son activité et sa rentabilité de 18%, en faisant chuter dans le même temps l’intéressement de ses salariés de plus de 40% ??? La CFDT en doute !

Evidemment, aucune de ces contradictions n’a été relevée par ces journalistes d’investigation, qui manient à merveille le « Ctrl+C / Ctrl+V » pour faire des communiqués de presse de la Direction la ligne éditoriale de leur canard…#publicitégratuite

Résultats 2015 : l’intéressement grand oublié !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 8 Avril 2016

Rémunération des Dirigeants : la CFDT se positionne

Hier se tenait la journée nationale des administrateurs salariés CFDT. Les représentants des salariés aux Conseils d’Administration ou de Surveillance d’une trentaine de grandes entreprises françaises étaient réunis (Air France, SNCF, Société générale, Thalès, DCNS, Engie, LCL, Orange, La Poste, Crédit Agricole, Accor Hôtels, Iméris, Areva, etc.). SYSTRA était représenté.

Parmi les points à l’ordre du jour, la question de la rémunération des dirigeants d’entreprise a fait l’objet d’une table ronde spécifique. La CFDT a défini un cadrage d’une rémunération responsable pour les dirigeants :

  • La rémunération des dirigeants doit se faire en cohérence et cohésion avec la politique de rémunération appliquée aux salariés de l’entreprise.
  • Le salaire fixe rémunère la compétence, le variable la performance. Ce dernier doit être calculé sur la part de critères objectifs, annuels ou pluriannuels. En aucun cas il ne doit être un « fixe déguisé ».
  • Le variable ne doit pas uniquement dépendre d’objectifs financiers, mais également d’objectifs qualitatifs liés à la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise.
  • La CFDT a réaffirmé son opposition aux actions gratuites, stock-options, golden parachutes ou autres golden hello pour les dirigeants.
  • Enfin, les avantages en nature et autres conventions règlementées doivent faire l’objet d’une attention toute particulière.

Ces principes paraissent tomber sous le sens… et pourtant l’actualité récente montre que la dérive inflationniste dans la rémunération des dirigeants n’a malheureusement pas cessé. Certains cas, comme le doublement de la rémunération du Président du Directoire de Peugeot, montre que certains patrons n’ont pas peur de l’indécence.

La CFDT sera particulièrement vigilante à ce que ces principes d’encadrement et de bonnes pratiques soient respectés chez SYSTRA.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 5 Avril 2016

Télétravail : ça évolue !

L’entrée en vigueur de l’accord sur le télétravail a fêté son 1er anniversaire vendredi. Désormais, chez SYSTRA, 111 personnes bénéficient du télétravail 1 à 2 jours par semaine. Et une vingtaine de salariés supplémentaires ont déposé un dossier en cours d’examen (diagnostic du logement, formation du salarié et du manager, etc.). Au total, 95% des demandes déposées ont été acceptées. La Direction explique les 5% de refus par des temps de transport inférieurs à ceux prévus dans l’accord, ou au refus du hiérarchique (1 cas).

L’accord sur le télétravail a également permis l’activation de la clause de « télétravail exceptionnel » à 3 occasions : COP 21, et grèves des 9 et 31 mars. A chacune de ces occasions c’est entre 125 et 150 personnes supplémentaires qui ont bénéficié du télétravail.

Mais, pour ses 1 an, le télétravail évolue : depuis le 1er avril 2016, la clause de temps de trajet domicile – travail pour être éligible passe de 1h15 (aller simple) à 1h. Tous les salariés ayant un temps de trajet supérieur à 1h peuvent donc désormais déposer un dossier auprès de la Direction.

La CFDT se réjouit du bilan de cette première année de télétravail. Cette première année a permis de montrer que le télétravail répond à un vrai besoin pour les salariés, avec au total près de 10% des salariés du siège qui ont télétravaillé, que ce soit à titre régulier ou exceptionnel. Cette première année a pu également montrer que la mise en œuvre du télétravail s’est faite de façon tout à fait sereine, sans déstabiliser l’entreprise… ce qui était LA grande crainte de la Direction. Dans ces conditions, la CFDT propose de négocier un avenant à l’accord pour assouplir les conditions du télétravail. Il s’agirait par exemple d’autoriser le télétravail tous les jours de la semaine, et non pas uniquement le mardi ou jeudi, et de supprimer à terme toute clause relative au temps de trajet minimum.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 1 Avril 2016

Restaurant d’entreprise : bientôt une véranda !

C’est une revendication que la CFDT portait de longue date, et qui vient enfin d’aboutir ! A l’occasion d’une réunion de la Commission restauration qui s’est tenue cette semaine, la Direction a annoncé son accord pour créer une véranda au niveau de la terrasse du restaurant d’entreprise du Farman.

Cette demande de la CFDT est issue d’un constat simple : entre juin et septembre, quand la terrasse est ouverte, les problèmes de place au sein du restaurant d’entreprise sont moindres voire inexistants. Notre demande était donc de couvrir et de chauffer la terrasse, de façon à pouvoir l’utiliser toute l’année.

Après des mois de tergiversations, la Direction a finalement consenti à étudier le dossier et à donner une réponse favorable ! Une fois n’est pas coutume, la Direction a mis les petits plats dans les grands : elle propose carrément la mise en place d’une véranda vitrée pour l’hiver (type jardin d’hiver), et amovible pour l’été afin de continuer à bénéficier en cette saison de déjeuners « en extérieur ». La structure légère et moderne s’intègrera parfaitement au bâtiment existant. Surtout, la véranda permettra d’accueillir de façon pérenne près de 70 places assises supplémentaires.

La CFDT se réjouit de cette avancée concrète qui bénéficiera à tous les salariés et permettra d’améliorer le confort et la convivialité lors de la pauses déjeuner. Les travaux devraient débuter en septembre 2016, pour une mise en service dès l’automne prochain !

MISE A JOUR - Beaucoup l'ont compris, une si bonne nouvelle est tellement improbable qu'il s'agit, hélas, d'un poisson d'avril... Malgré nos demandes répétées depuis septembre, la véranda sur la terrasse n'est pas encore pour tout de suite. Mais la CFDT continue à mettre la pression sur le sujet. La Direction a demandé au propriétaire du bâtiment l'autorisation pour ce type de réalisation. Nous vous tiendrons au courant.

Restaurant d’entreprise : bientôt une véranda !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0