Harmonisation des statuts : prime d’ancienneté

Publié le 11 Juillet 2013

Harmonisation des statuts : prime d’ancienneté

2. Prime d’ancienneté :

Il existe chez SYSTRA une prime d’ancienneté mensuelle, calculée selon les échelons franchis par le salarié au fur et à mesure de l’ancienneté acquise, que ce soit au sein de SYSTRA ou de toute autre entreprise. Cette prime n’avait pas d’équivalent chez INEXIA ou chez XELIS.

Dans le cadre de l’harmonisation des statuts, la Direction a décidé d’étendre le bénéfice de cette prime à l’ensemble des salariés de SYSTRA à partir du 1er juillet 2014, à condition toutefois d’un changement d’échelon depuis la date de la fusion (soit depuis le 1er juillet 2012). Ces changements d’échelon sont acquis au bout de 2 ans, 4,5 ans, 7 ans, 9 ans, 12 ans, 12 ans, 14 ans, 16 ans ou 19 ans d’ancienneté.

Pour les salariés des anciennes sociétés INEXIA et XELIS dont le changement d’échelon est intervenu entre le 1er juillet 2012 et le 31 décembre 2013, il sera procédé à une régularisation rétroactive du versement de la prime. En revanche, les salariés qui n’auraient pas eu de changement d’échelon entre le 1er juillet 2012 et le 1er janvier 2014, bénéficieront de la prime d’ancienneté mensuelle à partir de la date de leur prochain changement d’échelon.

Si la CFDT salue la décision de la Direction d’étendre à tous cette prime d’ancienneté, en revanche nous dénonçons vigoureusement la condition de "changement d’échelon" pour son entrée en vigueur. En effet, un salarié arrivé au 1er janvier 2012 bénéficiera de la prime dès le 1er janvier 2014 pour ses 2 ans d’ancienneté. Alors qu’un salarié arrivé le 1er décembre 2007, et comptant donc au 1er juillet 2013 une ancienneté de 5 ans et 7 mois, ne touchera rien avant le 1er décembre 2014… En effet, il aura atteint le palier de 4,5 ans d’ancienneté avant la fusion du 1er juillet 2012 (donc pas de prime rétroactive) et devra attendre le palier des 7 ans pour commencer à percevoir la prime. Cette décision arbitraire de la Direction est absolument injuste et inéquitable. Elle pénalise certains salariés sans aucune raison valable. La CFDT demande donc à la Direction de revenir sur cette condition que rien ne justifie, à part la volonté d’économies de bouts de chandelles.

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article