Publié le 5 Juillet 2018

L’Institut Français des Administrateurs vient de publier son baromètre annuel (voir image en bas de l'article). Une fois n’est pas coutume, la France est le meilleur élève européen en termes de mixité hommes/femmes dans les Conseil d’Administration des grandes entreprises. En effet, 42,5% des administrateurs des sociétés du CAC40 sont… des administratrices ! Ce chiffre flatteur ne doit rien au hasard : depuis 2011 une loi a imposé aux sociétés françaises de féminiser leurs Conseils, avec a minima 40% de femmes. Le nombre de femmes au sein des Conseils d’Administration des entreprises françaises a donc grimpé en flèche au cours de ces dernières années.

Chez SYSTRA, l’application de la loi a permis de féminiser le Conseil de Surveillance. Sur les 15 membres que compte le Conseil, les femmes sont passées de 2 début 2015, à 7 aujourd’hui. C’est une progression incontestable !

En revanche, si l’on regarde le management de l’entreprise, SYSTRA est plutôt un mauvais élève : aucune femme au Directoire, aucune femme au Comité Exécutif, aucune femme non plus à la tête d’une Direction de Région. La photo de nos Dirigeants qui ornait le rapport d’activité de SYSTRA en 2017 est à ce titre révélatrice : pas de place pour les femmes. Et en un an, il n’y a eu aucune amélioration.

Aussi, la CFDT profite des négociations qui s’ouvrent cet été dans l’entreprise sur l’égalité professionnelle, pour rappeler son attachement à la promotion des femmes dans les postes à responsabilités. Nous proposons qu’un accord d’entreprise fixe des objectifs chiffrés pour que des femmes fassent leur entrée au Comité exécutif, à la tête d’une Région… et pourquoi pas au Directoire ! Si la loi a réussi à féminiser notre Conseil de Surveillance, un accord d’entreprise… et un peu de bonne volonté, devraient permettre de féminiser aussi l’équipe de Direction de SYSTRA !

Un accord pour promouvoir la féminisation de la Direction ?

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 25 Juin 2018

En juin 2017, un accord d’intéressement pour les années 2017-2018-2019 était signé à l’arraché. Cette négociation avait été ardue, les syndicats mobilisant près de 300 salariés de SYSTRA partout en France pour inciter la Direction à faire un pas. Mais malgré cela, l’accord signé il y a un an n’était pas vraiment satisfaisant. Les seulement 560€ d’intéressement au titre de 2017, qui nous seront versés dans les prochains jours, montrent bien que l’accord devait être amélioré.

Intéressement, PERCO : de nouveaux accords signés !

Dès sa signature en juin 2017, la Direction s’était engagé à négocier un avenant pour les années 2018-2019. Et là encore, les négociations de l’avenant ont été âpres, la Direction n’étant clairement pas encline à doter SYSTRA d’un accord digne d’un grand groupe, avec un intéressement autour d’un mois de salaire moyen. Alors, après une longue période de négociation, la CFDT a signé la semaine dernière un avenant qui, sans être à la hauteur de nos espérances, améliore tout de même un peu l’accord en vigueur.

Concrètement l’avenant modifie principalement 2 points :

  • une meilleure dégressivité sur l’objectif d’EBIT. Auparavant, il fallait que 90% de l’objectif soit atteint pour déclencher un intéressement. Désormais, dès 80% de l’objectif atteint, un montant dégressif d’intéressement est versé. En revanche, pour le critère du Chiffre d’Affaires, la dégressivité reste fixée à 90%.
  • la suppression des critères de bonification, qui sont désormais intégrés à l’enveloppe de base. En effet, la Direction demandait de négocier 2 critères pouvant entrainer une bonification. En 2017, il s’agissait de la saisie des heures dans SPOT et de l’établissement des CV. Mais l’atteinte de ces objectifs n’est pas vérifiable, et la Direction pouvait donc décider arbitrairement d’accorder ou non la bonification. De plus, les critères que voulait mettre en place la Direction pour 2018 n’était pas acceptables. Le montant de cette bonification est donc intégré dans l’enveloppe de base, sur des critères objectifs : le chiffre d’affaires et l’EBIT.

Cet avenant rentrera donc en vigueur pour l’intéressement au titre de l’année 2018, versé mi-2019.

Enfin, la CFDT a également signé la semaine dernière un accord permettant la mise en place d’un Plan d’Epargne Retraite COllectif (PERCO). Il sera possible d’alimenter le PERCO avec l’intéressement, avec des versements volontaires, ou encore avec des jours du CET. Dans ce dernier cas, l’abondement consenti par SYSTRA est spécifique. Le PERCO permet les mêmes avantages fiscaux que le PEE (Plan Epargne Entreprise) classique, mais avec l’objectif de préparer sa retraite. Au moment du départ en retraite, le salarié perçoit ses sommes soit en une fois, soit sous forme de rente. La mise en place du PERCO permet donc d’étendre les solutions d’épargne salariales disponibles pour les salariés de SYSTRA.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

Les salariés de SYSTRA ont jusqu’au 20 juin pour répondre à une question ô combien stratégique : que faire de notre intéressement au titre de l’exercice 2017 ? Le percevoir directement sur sa fiche de paie ? Le placer sur le FCPE ? En obligations, actions, monétaire ou un mix… solidaire ? Ou peut-être sur le nouveau placement « Managers Europe » dont on découvre via Webplace qu’il a fait son apparition ?

Il faut dire que, cette année, toutes ces questions prennent un sens profond et revêtent un enjeu majeur ! Car la Direction nous offre une somme rondelette pour nous récompenser de nos efforts : 560€ net ! Vu le montant faramineux il faut bien réfléchir, garder la tête froide… et ne pas se laisser gagner par les vertiges de la fortune !

Déjà les années précédentes, le montant de l’intéressement n’était pas folichon… Mais cette année c’est vraiment la bérézina… Sans doute que pour ce versement, la Direction s’attend à ce qu’on la gratifie d’un MERCI PATRON !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 4 Juin 2018

On le sait, les résultats financiers de SYSTRA en 2017 ont été particulièrement mauvais. Si les organisations syndicales, la CFDT en tête, mettent régulièrement en avant les errements de la Direction pour expliquer et dénoncer la situation dans laquelle se trouve désormais SYSTRA… il faut croire que nous ne sommes pas les seuls ! Désormais, même les analystes financiers revoient bien à la baisse la valeur de l’entreprise… et la sanction est immédiate ! En effet, la Direction a annoncé au Comité d’entreprise que la valeur de l’action SYSTRA a dégringolé de 12%, en passant de 15,5 € l’an dernier à désormais 13,6 €.

Le coup est rude pour les salariés de SYSTRA qui ont souscrit en 2015 au FCPE d’actionnariat salarié… en effet la décote de 20%, qui avait été accordée sur le prix de l’action lors de la souscription, se retrouve largement absorbée par cette dégringolade de 12% la valeur de l’action… C’est donc une mauvaise nouvelle supplémentaire pour le pouvoir d’achat des salariés, après la très faible augmentation des salaries au soi-disant mérite, le rabotage de 30% minimum des primes variables, et un intéressement qui va difficilement atteindre 600€ brut ! N’en jetez plus la coupe est pleine…

Depuis des mois les syndicats se font les porte-parole des salariés pour dénoncer cette situation que nous avons vu venir de loin. Il serait grand temps de définir pour l’avenir de SYSTRA une stratégie claire, rassurante, motivante et respectueuse pour les salariés, dans laquelle la confiance puisse être enfin rétablie.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 28 Mai 2018

Ces derniers temps, les référendums d’entreprise ont fait la une de l’actualité. Chez AIR FRANCE, tout d’abord, où les salariés ont rejeté à plus de 55% l’accord sur les augmentations proposé par la Direction, avec une participation massive supérieure à 80%. Chez la SNCF ensuite, où le vot’action des organisations syndicales a débouché sur 95% des votes contre la réforme, avec une mobilisation de 61% des électeurs cheminots.

Dans ces deux cas, les résultats du référendum ont montré que les revendications des organisations syndicales étaient en phase avec les attentes des salariés, alors même que les Dirigeants espéraient par la voie du référendum, ouvrir une brèche entre les salariés et leurs représentants démocratiquement élus. Au contraire, l’instrument du référendum s’est retourné comme un boomerang pour les Directions, en mettant en lumière le manque de confiance, voire la défiance, des salariés à leur égard. Il faut dire que les Dirigeants n’ont pas l’habitude de se frotter à l’exercice de la démocratie, eux qui ne sont pas élus, mais nommés par les actionnaires. Au contraire des représentants des salariés, habitués à remettre leur mandat en jeu dans les urnes à échéances régulières.

Mais ces initiatives de référendum, nous interrogent sur une mise en œuvre de l’exercice chez SYSTRA. Avec les résultats financiers 2017 catastrophiques. Avec le pilotage plus que chaotique du projet CASTOR (déménagement/réaménagement du siège). Avec l’austérité sur les salaires, le rabot de 30% sur les primes et la baisse de l’intéressement. Avec les taux de turnover et d’arrêt maladie en hausse. Bref, avec la situation à laquelle nous a conduit la stratégie de la Direction, on n’est pas certains, à la CFDT, qu’un référendum auprès des salariés de SYSTRA aboutirait à un vote de confiance… Peut-être même qu’il aboutirait aux mêmes conséquences que chez AIR FRANCE… Alors, chiche ?

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 2 Mai 2018

Castor, au point mort ?

Face à la catastrophe financière de 2017 (15 M€ de pertes) la Direction de SYSTRA a lancé en fin d’année dernière un plan d’économies, dont le principal volet est le projet CASTOR (alias KAS-TOI)… Ce projet vise à déménager à St Denis les services support du groupe, à concentrer les équipes opérationnelles dans le seul bâtiment Lenglen du Farman, et à sous-louer les bâtiments Siti et Paris.

Dans ses présentations au CE et au CHSCT, la Direction partait la fleur au fusil, en imaginant des déménagements dès le printemps 2018 ! Or, à cette heure tout le monde est encore au Farman… et à la CFDT on parie que ça va encore durer !

En effet, la principale difficulté du projet consiste à trouver un sous-locataire pour tout ou partie du Farman… et il est évident que ce n’est pas chose aisée. Rappelons-nous que BOUYGUES (qui a construit le bâtiment) était bien content que SYSTRA signe son bail de 12 ans en 2011, car le bâtiment était resté désespérément vide depuis la fin des travaux, et le constructeur n’arrivait pas à trouver d’occupant. Depuis cette époque, de nombreux bâtiments de bureaux ont continué à voir le jour à Issy-les-Moulineaux, plusieurs grands groupes ont quitté le quartier, le tout contribuant à renforcer l’offre en bureaux disponibles, alors que la demande semble se tasser.

A ce jour, et selon nos informations, la Direction a bien eu des contacts avec des entreprises ou administrations qui se renseignaient sur la possibilité de reprendre toute ou partie des bâtiments du Farman, mais aucun de ces contacts n’a abouti sur une réelle manifestation d’intérêt…

La Direction l’a confirmé à demi-mots lors d’un CHSCT fin avril : le projet Castor est au point mort… et avec lui sans doute le plan d’économies promis par la Direction.

Au final, le projet CASTOR c’est :

  • Beaucoup de stress et d’incertitudes pour les salariés, avec des annonces contradictoires de la Direction : un jour une partie des salariés à St Denis, un jour la totalité à Montrouge, etc.)
  • Des dépenses effectives : recherche de nouveaux sites moins onéreux, visites du Farman par des entreprises, études de réaménagement des bureaux avec un architecte, groupe de travail mobilisé, etc.
  • Un calendrier plus qu’hasardeux : comment envisager sérieusement de sous-louer des bâtiments en à peine quelques mois, quand on connait les démarches à effectuer (consultation des IRP de SYSTRA mais également du sous-locataire éventuel, avec de certaines expertises à la clé, étude d’aménagement des locaux, organisation logistique des déménagements, etc.). Pour mémoire, la préparation du déménagement de SYSTRA au Farman en 2012 a pris 1 an et demi !
  • Et au final… aucune économie à cette heure, plus de 6 mois après le lancement du projet !

La Direction, bien sûr, reste droit dans ses bottines. Mais pour la CFDT la situation est inquiétante. Car si CASTOR se résume à la démotivation des salariés, à des dépenses, avec en face aucune économie, alors l’équation financière de 2018 pourrait s’annoncer tout aussi catastrophique qu’en 2017… Dans ce climat morose qui n’a que trop duré, on aimerait vraiment un peu d’optimiste. SYSTRA et ses salariés en ont besoin !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 1 Mai 2018

En cette journée du 1er mai, l'ensemble de l'équipe CFDT vous souhaite une bonne fête du travail !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 26 Avril 2018

Depuis quelques jours, les managers ont commencé à remettre à leurs équipes les courriers de la DRH précisant leur augmentation 2018, ainsi que le montant de la prime de résultats qui leur sera versée au titre des objectifs 2017. Sur le fond, malheureusement, pas de surprise. Les augmentations se limitent à quelques miettes, et l’énorme coup de rabot de 30% sur les primes est bien passé…

 

De très nombreux collègues font grise mine en découvrant la traduction concrète de ces mesures sur leur bulletin de paie : cela revient bien souvent à plusieurs centaines d’euros en moins d’une année sur l’autre… alors même que les objectifs individuels ont été atteints !

 

Cette décision inqualifiable et mesquine de la Direction, que nous avions dénoncée et que nous dénonçons encore, va évidemment amplifier la vague de démotivation et de démobilisation des équipes… et inciter certains à aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. C’était écrit. C’était couru d’avance. C’est un vrai gâchis. Mais il n’y avait que la Direction, avec ses œillères et ses certitudes, pour faire semblant de ne pas le voir.

 

Pire, en plus de sa décision de fond, la Direction pêche également sur la forme, non sans faire preuve d’une certaine lâcheté. En effet, pour la première fois chez SYSTRA, la Direction a décidé de ne pas faire apparaitre sur le courrier le pourcentage de l’augmentation, mais uniquement le montant annuel en euro. On imagine aisément qu’un haut Directeur gradé a dû se pencher sur le sujet et vendre « la bonne idée » au plus haut niveau :« Si on ne fait pas apparaitre le pourcentage sur le courrier aux piou-pioux, on va les endormir, et ils n’auront pas l’impression d’avoir une augmentation pourrie ! Ha ha ha ! ».

 

Mais qu’une telle décision ait pu être validée montre une fois de plus le cynisme et le mépris de la Direction pour les salariés. Comme si nous n’étions pas capables de déterminer par nous-même ce fameux pourcentage, qu’évidemment chaque salarié s’empresse de calculer sitôt le courrier reçu.

 

Bref, une fois de plus la Direction a été mauvaise jusqu’au bout, sur le fond comme sur la forme… ça en devient affligeant. On aimerait juste que la Direction nous respecte un peu, pour changer.

Augmentations et primes : l’heure de vérité !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 10 Avril 2018

Avec le projet de déménagement et la sous-location d'une partie du Farman qui s'annonce, nous risquons bientôt de devenir nostalgiques de nos "vieux bâtiments". Aussi, la CFDT vous propose en guise de clin d'oeil un retour en image sur l'histoire du bâtiment SITI, qui est le plus ancien des 3 bâtiments du Farman. Retour sur une époque où SYSTRA n'était pas encore dans le 15e arrondissement : 

Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Bâtiment SITI : un peu d'histoire
Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Bâtiment SITI : un peu d'histoire
Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Cliquez sur l'image pour agrandir le texte

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 19 Mars 2018

Depuis plusieurs mois, la Direction de SYSTRA s’affaire sur le projet CASTOR (alias KAS-TOI) qui vise à sous-louer les bâtiments PARIS et SITI du Farman, à entasser les salariés de la France et de la DT au Lenglen dans des open-space XXL, et à transférer à St Denis les services supports (eux aussi promis à des open-space).

C’est en tout cas sur ces éléments que la Direction communique auprès des salariés depuis début 2018, et c’est sur ce projet que la Direction a commencé une phase d’information/consultation obligatoire des représentants des salariés au CE et au CHSCT. Vos élus ont d’ailleurs voté des expertises sur les conditions de travail, la qualité des aménagements, l’équation économique du projet, etc. Expertises qui sont actuellement en cours.

Nos premières analyses nous menaient à nous interroger sur la stratégie de nos dirigeants et sur leur pilotage très hasardeux du projet… La Direction prévoyait notamment de prendre des baux supplémentaires à St Denis, sans même avoir trouvé de sous-locataire pour le Farman…

Et… surprise ! Lors d’une récente réunion de nouveaux embauchés, le Directoire a annoncé qu’il aurait peut-être trouvé une entreprise volontaire pour reprendre l’ensemble des baux du Farman (y compris le bâtiment Lenglen), et que dans cette hypothèse SYSTRA pourrait déménager du côté de Montrouge… Bref, rien à voir avec St Denis. On aurait été heureux que la Direction communique officiellement cette information aux Instances Représentatives du Personnel, plutôt qu’en catimini à une réunion de nouveaux embauchés !

Pire, selon nos informations, la Direction du Conseil et les Moyens généraux mènent actuellement une analyse comparative sur la possibilité de transférer la totalité du siège de SYSTRA aux 4 coins cardinaux de Paris : La Défense, Montrouge, Montreuil ou St Denis.

Décidemment, sur ce dossier, la Direction montre son absence totale d’anticipation et de stratégie, et change radicalement de pied chaque semaine… Et bien entendu, ce sont les salariés qui vont trinquer ! On nous prend vraiment pour des pions ! Si nos chefs de projets pilotaient leurs opérations de tramway, métro ou LGV comme la Direction pilote son projet KAS-TOI… il n’y a pas beaucoup de réseaux de transport qui fonctionneraient !

Projet CASTOR : y’a-t-il un pilote à bord ?
Projet CASTOR : y’a-t-il un pilote à bord ?

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0