Publié le 12 Décembre 2016

Le journal Le Monde s’est fait l’écho cette semaine d’une étude publiée dernièrement par le cabinet français Proxinvest, concernant la rémunération des dirigeants de grandes entreprises. Et le résultat est édifiant !

L’étude met en évidence que, sur un an, la valeur des actions a cru de 8,5%, le salaire moyen des employés de 2,1%... et le revenu des dirigeants a bondi de près de 20% ! Pourtant, le chiffre d’affaire des entreprises a baissé de 3% et leur rentabilité de 11%... Il n’y a donc aucun lien entre la performance économique des entreprises et la rémunération des patrons…

Ces excès permanents des dirigeants d’entreprises sont devenus tellement fréquents qu’ils finiraient presque par ne plus étonner… Pour leur rémunération, les dirigeants n’ont qu’un seul mot d’ordre : l’outrance, toujours ! La CFDT dénonce ces pratiques qu’elle continuera de combattre !

PS : toute ressemblance avec la réalité d’une entreprise que vous connaitriez ne serait que purement fortuite…

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 5 Décembre 2016

Lors des élections de septembre 2015, l’équipe CFDT + UNSA + CFE-CGC s’était engagée à renégocier avec la Direction l’accord de Compte-Epargne Temps (CET) qui date de près de 20 ans ! Et l’engagement est en passe d’être tenu : la Direction a transmis dernièrement un projet d’accord aux organisations syndicales qui prend en compte un grand nombre de nos revendications.

En effet, plusieurs mois de négociations avec la Direction ont permis d’obtenir une avancée majeure : les salariés pourront monétiser les jours du CET (totalement ou partiellement) après un délai d’épargne de 18 mois, voire sans délai sous certaines conditions (dans l’esprit du déblocage anticipé de l’intéressement : mariage/PACS/divorce, acquisition de la résidence principale, naissance, etc.).

Les négociations ont également permis de nombreuses améliorations par rapport au CET actuel. En effet, suite aux négociations il est prévu que le nouveau CET permette d’augmenter le plafond du nombre de jours, d’épargner des JRTT du 1er et du 2nd semestre, d’utiliser les jours pour un temps partiel, d’alimenter le CET en argent (avec la prime de résultat) ou encore de créer une passerelle avec le Plan Epargne Entreprise et un futur Plan Epargne Retraite Collectif (PERCO) qui devrait être mis en place dès 2017.

Enfin, avec le projet de nouveau CET prévoit qu’un abondement d’un jour sera accordé pour les congés de solidarité internationale ou familiale, et que le « don de jours » sera possible pour aider un collègue (enfant atteint de malade, handicap, etc.).

Les négociations sont donc en passe de s’achever, avec un projet d’accord qui répondra aux attentes des salariés. Le texte devrait être soumis prochainement à la signature des organisations syndicales. Le déroulement de cette négociation montre que le dialogue social n’est pas un concept absurde, mais est au contraire un moyen de faire avancer les choses, au service de l’intérêt collectif. La CFDT rappelle donc son attachement à un dialogue social constructif.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 29 Novembre 2016

Ce vendredi 25 novembre, SYSTRA organisait une cérémonie d’hommage aux victimes de l’accident d’Eckwersheim survenu il y a 1 an. Rappelons que l’accident avait fait 11 morts et 42 blessés. 5 collègues de SYSTRA ont perdu la vie dans ce terrible accident, ainsi que 2 de leurs accompagnants. Lors de cette cérémonie, un mémorial a été inauguré, en présence des familles. Ce mémorial est installé dans le jardin du Farman, le siège du groupe. Voici 2 photos du mémorial.

Accident d’Eckwersheim : un mémorial chez SYSTRA
Accident d’Eckwersheim : un mémorial chez SYSTRA

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 28 Novembre 2016

L’accord d’entreprise sur le télétravail est entré en vigueur il y a environ un an et demi. La Direction et les Organisations syndicales de SYSTRA ont donc souhaité tenir compte des retours d’expériences des salariés pour améliorer le texte.

Aussi, des négociations se sont déroulées cet automne pour mettre au point un avenant à l’accord initial. Les discussions ont notamment porté sur les critères d’éligibilité au télétravail. L’accord existant prévoit un critère de temps de trajet domicile-travail supérieur à 1h (aller simple). Les organisations syndicales, dont la CFDT, ont demandé la suppression de ce critère, ou à défaut la diminution sensible du temps de trajet nécessaire pour être éligible. L’objectif étant de permettre l’accès au télétravail au plus grand nombre. Malheureusement, la Direction de SYSTRA n’a pas souhaité aller dans ce sens. Elle a tout de même consenti à intégrer une marge de 10 à 20 % (selon le nombre de correspondances) par rapport aux temps estimés par les calculateurs en ligne. Cette marge permet de tenir compte des perturbations fréquentes dans les transports. Concrètement, la marge de 10% permettra aux salariés ayant des temps de transport de 54minutes d’être éligibles. C’est déjà un « petit plus » !

Si les discussions n’ont guère avancé sur les critères d’éligibilités, en revanche les avancées sont plus nombreuses sur les sujets liés à la mise en œuvre pratique :

  • Le ou les jours de télétravail ne seront plus obligatoirement les mardi et/ou jeudi, mais pourront être pris les lundi, mercredi ou vendredi (dans la limite de 2 jours maximum par semaine)
  • Le matériel mis à disposition des télétravailleurs sera amélioré (casque, chargeur, etc.)
  • Les spécificités des séniors ou femmes enceintes seront mieux prises en compte
  • Le télétravail pourra se faire depuis une résidence secondaire

Enfin, le processus de demande/acceptation du télétravail sera informatisé afin de simplifier les démarches des salariés.

Le projet d’avenant doit maintenant être présenté en décembre au CHSCT qui rendra un avis consultatif. Le texte sera ensuite soumis à la signature des organisations syndicales.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 23 Novembre 2016

La Direction avait déjà annoncé, en octobre, une augmentation des cotisations de la mutuelle ainsi qu’une baisse des remboursements à venir en 2017… Hier, elle a également annoncé en Comité d’Entreprise une hausse des cotisations pour la prévoyance, qui intervient en cas de maladies longue durée, invalidités ou décès.

Nos élus ont évidemment dénoncé cette nouvelle augmentation, mais ils ont surtout dénoncé la communication lapidaire et minimaliste de la Direction. En effet, à aucun moment la Direction ne prend la peine d’expliciter l’écart entre la cotisation actuelle et la future. Elle affirme tout juste que « l’impact sera néanmoins très limité pour les salariés ». De notre point de vue, il aurait été indispensable d’avoir une précision sur le niveau de cette augmentation, que ce soit en pourcentage ou en euros.

Enfin, comme l’a précisé la Direction, le régime de prévoyance de SYSTRA est déficitaire depuis 2014. Il s’explique, toujours selon la Direction, par un nombre important d’arrêts maladie de longue durée. Ces arrêts maladie de longue durée, qui ont tendance à augmenter, posent clairement la question de la qualité de vie au travail.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 14 Novembre 2016

Le 14 novembre 2015, une rame d’essais de la LGV Est déraillait à Eckwersheim, faisant 11 morts et 42 blessés. 5 collègues de SYSTRA ont perdu la vie dans ce terrible accident, ainsi que 2 de leurs accompagnants. En ce jour particulier, la CFDT SYSTRA souhaite honorer la mémoire des victimes et s’associe aux hommages qui leur seront rendus. Nous pensons également à tous leurs proches et aux blessés.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 2 Novembre 2016

L’accord de compte-épargne temps (CET) de SYSTRA date de près de 20 ans ! Il n’a jamais été dépoussiéré depuis sa signature, il est particulièrement rigide dans son utilisation… et au final, de l’aveu même de la Direction, il n’a jamais rencontré un véritable succès auprès des salariés de SYSTRA… Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour ouvrir des négociations et le moderniser. C’était d’ailleurs l’un des engagements de campagne de l’intersyndicale CFDT + UNSA + CFE-CGC.

A notre demande, la Direction a ouvert en juin des négociations pour un nouveau CET. Notre intersyndicale a formulé des propositions concrètes et réalistes. Nous avons notamment demandé :

  • Plus de flexibilité pour monétiser les jours placés sur le CET, y compris pour des monétisations partielles ;
  • L’augmentation des plafonds d’alimentation
  • La possibilité de faire un lien entre le CET et le PEE (Plan d’Epargne Salariale) et la possibilité d’alimenter le CET en argent (prime de résultat, intéressement, etc.)
  • La mise en place d’un abondement

 

Les négociations ont permis d’obtenir des avancées intéressantes sur la plupart des sujets… sauf sur celui de la monétisation, alors même que c’était l’objectif principal de cette renégociation du CET ! Nous défendons la possibilité pour les salariés de monétiser leurs jours de CET le plus simplement possible (possibilité de monétisation partielle sans conditions, pas de « gel » du CET après une monétisation, pas de durée minimum de placement avant monétisation, etc.).

En effet, la possibilité de monétiser des jours placés sur le CET est une véritable attente des salariés de SYSTRA afin de pouvoir améliorer leur pouvoir d’achat. Mais cette monétisation est gagnant-gagnant, y compris pour la Direction, puisqu’elle correspond à des jours de travail supplémentaire.

Aussi, nous ne comprenons pas le blocage de la Direction sur ce sujet ! La souplesse dans l’utilisation et la monétisation des jours d’un CET est le principal facteur d’adhésion des salariés à un CET. Cette utilisation souple du CET existe dans de nombreuses entreprises, par exemple EGIS, ou INEXIA en son temps.

Nous restons donc mobilisés dans ces négociations pour obtenir de la Direction un nouveau CET qui soit véritablement moderne, et qui réponde aux attentes des salariés de SYSTRA !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 24 Octobre 2016

Début 2016, la Direction avait déjà décidé de façon unilatérale d’augmenter les tarifs de la mutuelle. Cette hausse des cotisations (environ +10€ pour les familles comme pour le régime isolé) s’est accompagnée d’un passage du contrat de mutuelle en « contrat responsable » depuis le 1er avril 2016… Derrière ce joli nom marketing, voulu par les pouvoirs publics, s’est en réalité cachée une triste réalité : une baisse des remboursements pour les salariés de SYSTRA, notamment sur l’optique et la chirurgie… C’est donc la double peine qui a été imposée par la Direction : augmentation des tarifs et baisse des remboursements !

 

Or, la Direction a annoncé mardi 18/10 au Comité d’Entreprise qu’elle allait remettre ça pour 2017 ! D’une part, un nouveau tour de vis sur les remboursements est prévu au 1er janvier 2017, toujours dans le cadre du contrat responsable… Même si la Direction n’a pas été capable de préciser en séance quels remboursements allaient baisser. Mais, ce n’est pas tout : une nouvelle hausse significative des cotisations est prévue au 1er février 2017. La cotisation passera pour le régime isolé à 15,65€ (+60% !) et pour les familles elle s’élèvera à 79,07€ (+32%) ! Bref, pour les salariés c’est perdant – perdant !

 

Face aux questions des représentants des salariés, la Direction a tenté de justifier cette nouvelle augmentation, en indiquant que le contrat de mutuelle souscrit avec AXA était déficitaire. Cela parait incompréhensible, alors même qu’une augmentation des cotisations et une baisse des remboursements sont déjà intervenues en 2016, justement pour résorber le déficit !

 

Pour la CFDT, ces importantes augmentations à répétition sont inacceptables, d’autant plus qu’elles sont assorties d’une baisse des remboursements, au détriment de la santé des salariés de SYSTRA ! La CFDT souhaite aussi rappeler que la Direction a décidé unilatéralement un changement total dans la gestion de la mutuelle, par rapport aux pratiques historiques de SYSTRA. En effet, jusqu’en 2011, le sujet de la mutuelle était traité en CE, en présence des représentants des salariés, qui participaient à l’élaboration du cahier des charges et étudiaient les différentes propositions des assureurs suite à appel d’offres. Or, depuis quelques années, la Direction a décidé de traiter seule et unilatéralement le sujet, en excluant complètement les représentants des salariés. La Direction indique, par exemple, qu’elle a sollicité l’an dernier plusieurs assureurs… mais qui auraient tous refusé de prendre en charge le contrat de mutuelle de SYSTRA… Bizarrement, les élus ont été complètement exclus de ce processus et n’ont eu accès à aucun des résultats de ces appels d’offres.

 

La Direction doit donc assumer sa responsabilité : elle a décidé unilatéralement d’exclure les représentants des salariés de dossier mutuelle et souhaite décider seule : voici le résultat ! Nous demandons donc à la Direction de changer de méthode et d’associer les élus, comme cela avait pourtant toujours été fait dans le passé.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 18 Octobre 2016

Depuis la loi Rebsamen de 2015, la Direction doit procéder chaque année à des négociations sur la Qualité de Vie au Travail. La Direction a donc initié la démarche dès le printemps 2016. Elle a d’abord constitué un groupe de travail pour essayer de dégager des priorités et actions concrètes, puis elle a engagé les négociations avec les organisations syndicales. Au total, 7 réunions de négociations se sont tenues entre avril et septembre, dans lesquelles nous nous sommes fortement impliqués pour élaborer des propositions concrètes.

Pourtant, au moment de présenter la version finale du texte soumise à la signature par la Direction, c’est un sentiment de déception qui prévaut : beaucoup de paroles et de bonnes intentions en affichage… mais peu d’actes et d’engagements concrets pour la Direction. Nous attendions notamment de la Direction qu’elle s’engage sur des objectifs SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporellement définis), comme ce qui est demandé aux salariés lors des EED… or le projet d’accord ne va pas dans ce sens.

  • En effet, ce texte était pour nous l’occasion d’avancer sur de nombreux sujets :
  • Conciliation de la vie personnelle et professionnelle
  • Adaptation de la charge de travail
  • Prévention des risques psycho-sociaux
  • Affirmation du droit à la déconnexion
  • Développement des compétences
  • Relations sociales et humaines

 

Sur tous ces sujets, ce projet d’accord était pour nous l’occasion d’affirmer un engagement de la Direction, et une mobilisation de l’ensemble des managers, afin d’assurer la Qualité de Vie au Travail des salariés de SYSTRA. Or, si ces thématiques sont bien présentes dans le projet d’accord, un problème majeur se pose : dans le texte qui nous est soumis, la Direction ne s’engage sur rien, tout en reportant sa responsabilité sur les managers… ou les « collaborateurs » eux-mêmes… Or ça devrait être à la Direction de s’engager et de veiller à ce que les managers relayent bien les engagements qu’elle prend.

Dans ces conditions, nous n’envisageons pas à ce jour de signer cet accord. De sérieux progrès restent nécessaires avant d’apposer notre signature à cet accord. Nos élus restent mobilisés pour obtenir des avancées concrètes !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 30 Août 2016

Article du Parisien sur SYSTRA : les syndicats réagissent

Le journal Le Parisien a publié vendredi un article mettant en cause SYSTRA dans l'accident du TGV d'essai de la LGV Est en novembre dernier. Cet article a ensuite été repris, sans aucun esprit critique, par l’ensemble de la presse française.

Aussi, les organisations syndicales CFDT - UNSA - CFE-CGC et FO de SYSTRA souhaitent réagir à cet article de presse.

Vous pouvez télécharger ci-dessous un communiqué diffusé ce matin au Farman.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0