Publié le 4 Novembre 2013

Tract commun CGC – UNSA – CFDT

L’intersyndicale CGC – UNSA – CFDT a distribué ce matin, au siège de SYSTRA, un tract d’information commun.

Au sommaire notamment : l’harmonisation des primes et le point sur les diverses négociations engagées en 2013.

Retrouvez également les résultats de l’enquête menée cet été auprès des salariés de SYSTRA.

Le tract commun CGC – UNSA – CFDT

Les résultats détaillés de l’enquête CGC – UNSA – CFDT menée cet été auprès des salariés de SYSTRA

Tract commun CGC – UNSA – CFDT

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 30 Octobre 2013

Parts variables : la grand scandale !!!

La Direction a présenté hier en Comité d’Entreprise sa décision concernant l’harmonisation des « primes individuelles de résultat » (ou parts variables) suite à la fusion. Ce sujet pourtant majeur, qui touche à la rémunération directe de l’ensemble des salariés de SYSTRA, n’a fait l’objet d’aucune concertation préalable avec les organisations syndicales, contrairement aux demandes répétées des représentants des salariés.

La CFDT, qui est un syndicat de dialogue, condamne fermement le passage en force de la Direction et déplore qu’elle fasse la preuve, une fois de plus, d’une absence totale de considération pour le dialogue social au sein de l’entreprise sur un sujet qui ne manquera pas de cristalliser le mécontentement des salariés.

Sur le fond, « l’harmonisation » dont parle la Direction revient tout simplement à appliquer aux salariés issus d’INEXIA et de XELIS les dispositions qui étaient déjà applicables chez SYSTRA « bleu »… tout en actant les dérives pourtant dénoncées de longue date par la CFDT concernant l’opacité régnant autour des bonus des plus hauts salaires de l’entreprise.

Pire, avec la décision qu’elle compte mettre en place, la Direction va imposer aux salariés ex-Inexia et ex-Xelis des parts variables significativement inférieures à celles qui existaient dans leurs entreprises d’origine et qui étaient plus avantageuses. Concrètement, plus de 500 salariés verront leur rémunération annuelle réduite de plusieurs centaines d’euros par an ! Pour certains salariés, la part variable sera même presque divisée par deux !!!

Quelques exemples concrets de salariés qui perdront plusieurs centaines d'euros par an

Quelques exemples concrets de salariés qui perdront plusieurs centaines d'euros par an

En n'accordant aucune considération aux centaines de salariés qui verront leur rémunération baisser avec ces nouvelles dispositions, la Direction fait preuve d'un cynisme inqualifiable et inacceptable. Pour la CFDT, il est inenvisageable que des salariés puissent voir leur rémunération baisser sur une simple décision arbitraire de la Direction.

Aussi, la CFDT appelle la Direction de SYSTRA à revoir sa copie. Nous demandons l'ouverture immédiate de discussions avec les organisations syndicales, pour trouver sur ce sujet une sortie acceptable par tous.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 13 Octobre 2013

Le blog de la CFDT SYSTRA : 1 an déjà !

Le blog de la CFDT SYSTRA vient de souffler sa première bougie. Lors de sa mise en ligne en octobre dernier, l’objectif était de mettre en place un moyen d’information efficace, réactif et accessible à tous, en France comme à l’étranger.

Force est de constater que le blog répond à un véritable besoin d’information des salariés de SYSTRA, puisqu’en une année, il a déjà reçu plus de 1 400 visiteurs uniques ! Toute l’équipe de la CFDT vous remercie pour votre confiance.

Le blog de la CFDT SYSTRA : 1 an déjà !

Pour rester connectés avec l’actualité, n’hésitez pas à vous abonner au blog (en haut de la colonne de droite). Vous serez informés par mail à chaque nouvel article.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 29 Septembre 2013

Temps de travail : un accord in extremis

En mai dernier, nous vous présentions sur le blog les grandes lignes du projet d’accord sur l’harmonisation du temps de travail suite à la fusion.

Depuis, les négociations avec la Direction ont permis d’aboutir, au début de l’été, à un projet accord que trois syndicats sur cinq, dont la CFDT, étaient prêts à signer. Mais l’opposition d’autres syndicats, qui demandaient une expertise du CHSCT, a failli remettre en cause la signature rapide de l’accord. Or, le délai légal de 15 mois de survie des accords ex-Inexia et ex-Xélis suite à la fusion, arrive justement à échéance ce lundi 30 septembre 2013. Il y avait donc urgence !

Finalement, la situation s’est dénouée in extremis, lors de la réunion du Comité d’entreprise du 24 septembre. Les syndicats opposés à l’accord ont finalement accepté de donner un avis sur le texte, même négatif, sans attendre l’expertise du CHSCT. Cet avis du CE a permis, conformément au processus légal, aux trois syndicats (CFDT-UNSA-CGC) favorables à l’accord de signer le texte en fin de semaine dernière, autorisant son entrée en vigueur.

Concrètement, pour la période du 1er octobre au 31 décembre 2013, chaque salarié reste soumis aux dispositions en vigueur dans son entreprise d’origine : SYSTRA, INEXIA ou XELIS.

A partir du 1er janvier 2014, les dispositions du nouvel accord temps de travail s’appliqueront à tous, sans distinction de statut :

  • 28 jours de congés payés ;
  • 12 jours de RTT / JTD ;
  • 3 jours chômés imposés par la Direction ;
  • La prise en charge par l’entreprise de la journée de solidarité (Lundi de Pentecôte).

A cela s’ajoutent les jours d’ancienneté prévus par la convention collective SYNTEC.

Pour les salariés aux horaires collectifs la durée hebdomadaire de travail sera de 37h30.

Pour les salariés à temps partiel, le nombre de jours de RTT sera proratisé (par exemple un contrat à 80% donnera droit à 80% des RTT).

Enfin, pour les salariés au forfait jour, le nombre de RTT pourra être supérieur à 12 les années où plus de 4 jours fériés tombent un samedi ou un dimanche, soit un forfait jour de 211 jours par an maximum.

Il faut retenir que cet accord, pourtant contesté par certains syndicats, correspond à une harmonisation vers le haut des règles en vigueurs dans les entreprises d’origines. Avec cet accord, aucun salarié n’est perdant. L’accord constitue une amélioration pour l’immense majorité des salariés de SYSTRA, et un statu quo pour les autres (ex-XELIS et agents SNCF au forfait jour ex-INEXIA).

L’accord temps de travail dont bénéficieront les salariés de SYSTRA à compter du 1er janvier 2014 est l’un des plus avantageux du secteur de l’ingénierie des transports.

Cliquez sur l'image pour agrandir

Cliquez sur l'image pour agrandir

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 12 Septembre 2013

Cantine au Farman : la Direction doit agir !

Lors du déménagement des équipes du siège au Farman, en décembre 2012, le restaurant d’entreprise était un point fort du bâtiment, allègrement mis en avant par la Direction : menus de qualité, choix variés, prix défiant toute concurrence, etc. Cependant, la CFDT avait déjà précisé que c’est sur la durée que la qualité du restaurant d’entreprise devrait être jugée, et non pas sur les 15 premiers jours. Bien nous en a pris ! En effet, des critiques de plus en plus nombreuses sont remontées par les salariés de SYSTRA aux élus de la CFDT.

La première remontée porte sur la hausse régulière et significative des prix. Chaque salarié peut constater que les prix des plats principaux, des entrées ou des desserts, ont augmenté de façon extrêmement importante depuis le déménagement. A titre d’exemple, les desserts les plus chers (type pâtisserie) coutaient 1€ en décembre 2012. Après avoir été affichés à 1,20€ au printemps, ils sont désormais vendus à 1,40€ depuis le début de l’été. Ce qui représente une augmentation de 40% en à peine 6 mois… c’est tout simplement inacceptable ! Il va sans dire que la Direction aura du mal à nous justifier des augmentations de salaires de 2% sous prétexte d’une moindre inflation !

La seconde remontée concerne la dégradation de la qualité et de la variété des menus. Elle aussi est ressentie par l’ensemble des salariés et a atteint un paroxysme au mois d’août. Si cette dégradation peut paraître plus subjective à évaluer, des éléments très factuels permettent de l’étayer. Il n’était pas rare cet été de voir des stands proposant des menus peu attirant, et donc absolument vide de salariés, quand dans le même temps une queue importante se formait sur le stand des grillades… De nombreux salariés se rabattant sur le traditionnel « steak haché », faute de choix de qualité sur les autres stands désertés.

Les représentants des salariés de SYSTRA se sont saisis du sujet de la cantine depuis plusieurs mois déjà. Le contrat liant la Direction de SYSTRA à la société prestataire pour la cantine a été passé en revu lors d’une réunion du Comité d’Entreprise au printemps 2013. Il faut dire que jusqu’ici, les élus n’avaient eu aucune information sur ce contrat, puisque la Direction n’avait pas jugé utile d’associer les élus au choix du prestataire. Cet épluchage du contrat a d’ailleurs permis de mettre en évidence que le prestataire ne respectait pas l’ensemble des clauses. Par exemple, le premier pain doit être gratuit quel que soit le type de pain (nature, complet, bio, etc.). Or depuis le début, les pains complets et bio sont systématiquement facturés aux salariés.

Face à ces dysfonctionnements, la mise en place d’une Commission Cantine rassemblant la Direction, le prestataire et des représentants des salariés a été évoquée en mai dernier, mais la Direction n’a jusqu’ici rien mis en œuvre.

Aussi, la CFDT estime que cette situation a assez duré ! Elle demande à la Direction d’agir et de faire respecter le contrat qui la lie au prestataire. La CFDT demande également à la Direction de sursoir à toute augmentation des prix et demande une amélioration significative de la qualité et de la variété des repas. Enfin, nous demandons que la Commission Cantine soit mise en place rapidement afin que les représentants des salariés puissent jouer pleinement leur rôle.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 3 Septembre 2013

Risques psycho-sociaux : ouvertures des négociations

C’est un combat de longue date de la CFDT SYSTRA ! Après avoir bataillé de nombreux mois, nous avions enfin obtenu de la Direction qu’elle accepte d’engager des négociations sur la prévention des risques psycho-sociaux (RPS) (cf. notre article du 18 avril 2013). C’est donc aujourd’hui que s’ouvrent officiellement ces négociations, ce dont la CFDT SYSTRA se réjouit ! Nous attendons désormais de la Direction qu’elle s’engage pleinement et clairement dans le sens d’une obligation de résultat : assurer le bien-être de l’ensemble des salariés de SYSTRA au travail, qu’ils soient basés au siège, en agence, en mission, sur base travaux, à l’étranger, etc. et leur apporter les meilleures conditions de travail possible.

Ce début des négociations est l’occasion, pour la CFDT, de présenter sa position sur le sujet et de formuler ses propositions. Un accord d’entreprise sur la prévention des RPS doit permettre de :

  1. Etablir un diagnostic exhaustif de la situation actuelle au sein de l’entreprise : identifier les salariés en situation de souffrance ou d’isolement, les services dans lesquels la situation est tendue, les équipes qui subissent un stress trop important, etc. Ce diagnostic passe par le lancement d’une grande enquête anonyme auprès de l’ensemble des salariés.
  2. Mettre en place les actions curatives qui permettront de palier sans délais aux situations anormales mises en évidence par le diagnostic.
  3. Définir des méthodes et actions de prévention de façon à instaurer un climat durablement serein dans l’ensemble de l’entreprise.
  4. Fixer aux managers des objectifs en matière de prévention des risques psycho-sociaux vis-à-vis des équipes qu’ils encadrent. Ces objectifs doivent être clairement identifiés lors des entretiens annuels des managers, au même titre que les objectifs de chiffre d’affaires ou de marge qui leur sont confiés.
  5. Définir et suivre des indicateurs adaptés pour mesurer l’évolution de la situation dans l’entreprise. Ces indicateurs peuvent s’appuyer sur des données déjà recensées par la Direction : arrêts maladies, turn-over, etc. Mais il s’agit également de mettre en place des indicateurs ad hoc. La mise en place du nouvel ERP « SPOT » peut être l’opportunité que chaque salarié indique ses heures réellement effectuées, au-delà des seules « 8 heures théoriques quotidiennes ». Le formulaire d’entretien annuel (EED) peut être complété pour permettre aux salariés de s’exprimer librement sur leur situation de stress. Une échelle permettant de mesurer le bien-être peut également être jointe aux formulaires d’EED, fournissant ainsi des données précieuses pour diagnostiquer les situations de risques.
  6. Mettre en place une cellule d’écoute disponible en permanence (y compris pour les salariés en mission) et qui permette à chaque salarié en situation de souffrance de signaler sa situation en toute confidentialité et sans crainte, avec la possibilité d’être épaulé et conseillé.
  7. Définir un calendrier précis pour la mise en œuvre de chacune des actions listées ci-dessus.
  8. Mettre en place une instance de suivi de l’ensemble de ces actions associant la Direction, la médecine du travail, les représentants du personnel (notamment le CHSCT), ainsi que des représentants de chacune des organisations syndicales. Cette instance doit être dotée de moyens adéquats (heures de délégation, moyens de communication, fréquence des réunions, etc.)

Pour la CFDT, la prévention des RPS et le bien-être des salariés de SYSTRA au travail est une priorité. Nous abordons donc ces négociations avec l’objectif résolu d’aboutir à un accord, tout en restant fermes sur les propositions concrètes que nous formulons.

Risques psycho-sociaux : ouvertures des négociations

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Août 2013

C’était l’un des arguments mis en avant par la Direction pour faire passer la pilule du déménagement à Balard : les salariés de SYSTRA pourront s’adonner au sport. Il faut dire que les installations sportives mises en avant ont de quoi séduire : parc Suzanne Lenglen face au siège de SYSTRA, Aquaboulevard et Club Forest Hill à proximité, ou encore la création d’une salle de sport au sein du Farman. Et effectivement, de nombreux salariés du siège pratiquent des activités sportives, notamment lors de la pause de midi : jogging, tennis, football, etc.

Pourtant, si la pratique du sport a été mise en avant, force est de constater que la Direction n’a pas anticipé les « problèmes logistiques » qui en découlent. Ainsi, les 1 500 salariés du siège ne disposent en tout et pour tout que de 4 douches (2 douches hommes et 2 douches femmes) qui sont évidemment prises d’assaut en fin de pause déjeuner, lorsqu’il faut retourner à son poste de travail. C’est ainsi qu’après un tournois de foot, les 4 équipes de 17 personnes chacune (sic) se sont retrouvées simultanément à attendre qu’une des douches se libère…

Sport au Farman… la douche froide !

La situation est devenue plus critique encore début juillet, avec l’ouverture de la salle de sport du Farman. La fin des cours collectifs qui y sont proposés entraine des forts afflux aux douches. Pour tenter de réguler la situation, le Comité d’Entreprise a cru bon de « privatiser » les douches du Farman, en les réservant aux seuls utilisateurs de la salle de sport (cf. affiche ci-contre). Mais cette réponse n’est pas adaptée, puisqu’elle s'est fait sans concertation préalable et pénalise de façon injuste les salariés qui pratiquent du sport en extérieur et qui eux aussi ont le droit de se doucher avant leur reprise du travail.

Aussi, la CFDT défend la seule solution qui permet de résoudre durablement le problème : augmenter le nombre de douches. Plusieurs solutions sont envisageables :

  • Donner la possibilité aux salariés d’accéder aux autres douches du Farman, pour l’instant réservées aux équipes d’entretien du bâtiment,
  • Réaménager les douches existantes en réduisant leur surface pour augmenter leur nombre,
  • Ou tout simplement, engager des contacts avec la Ville d'Issy-les-Moulineaux pour voir comment les vestiaires et douches municipales du Parc Lenglen peuvent être utilisés par les salariés de SYSTRA pratiquant du sport à l'extérieur.

La CFDT souhaite que ces solutions soient mises en œuvre rapidement, de façon à ce que tous les salariés qui le souhaitent puisse pratiquer un sport au travail, et ceci dans les meilleures conditions possibles.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 19 Juillet 2013

Bonnes vacances !!!

Avec une fusion, une réorganisation, un déménagement du siège social et des contrats à poursuivre en parallèle pour nos clients, la saison 2012-2013 aura été particulièrement exigeante et éprouvante pour les salariés de SYSTRA. Pour beaucoup d’entre nous les journées paraissent longues et les trajets domicile-travail interminables… Heureusement depuis début juillet le soleil a fait son grand retour, contribuant à faire passer la pilule d’un printemps bien maussade qui n’a rien arrangé au moral !

Et avec l’arrivée du soleil, c’est aussi les vacances d’été que nous voyons poindre à l’horizon ! D’ailleurs, il faut bien reconnaître que la Direction a fait preuve d’un certain culot, en envoyant à tous les salariés des « conseils pratiques » pour consulter ses mails et messages téléphoniques pendant les vacances !

Mais à la CFDT nous avons un meilleur conseil qui a fait ses preuves : coupez tout ! En vacances n’emportez ni téléphone, ni mail, ni ordinateur, ni dossier. Au contraire, profitez des vacances pour passer du temps en famille et entre amis, pour décompresser, recharger les batteries et tout simplement passez du bon temps ! La Direction aurait presque tendance à l’oublier, mais les vacances sont faites pour se reposer !

Alors bonnes vacances à toutes et à tous et bon été !

Bonnes vacances !!!

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Juillet 2013

La Direction a informé fin juin le Comité d’entreprise de son projet d’harmonisation des primes de vacances et primes d’ancienneté suite à la fusion. Cette harmonisation se fait dans le cadre d’une décision unilatérale de la Direction, sans discussion préalable avec les organisations syndicales. La CFDT regrette cette absence de discussion sur un sujet majeur pour les salariés : celui de la rémunération. Pourtant, la CFDT avait demandé à plusieurs reprises l’ouverture de discussions avant toute prise de décision. Nous renouvelons cette demande sur le sujet des Part Variables / Bonus annuels, qui constituera le prochain grand chantier en matière d’harmonisation des rémunérations.

Retrouvez ci-après le détail des décisions de la Direction sur l’harmonisation des primes de vacances et primes d’ancienneté.

Harmonisation des statuts : prime de vacances

1. Prime de vacances :

Historiquement, la prime de vacances chez SYSTRA s’élève à 0,5 mois de salaires par an. Le versement intervient par douzième (versement mensuel donc). Ce mode de calcul est bien plus favorable que le minimum fixé par la convention collective SYNTEC.

En revanche, chez INEXIA et XELIS c’est le minimum SYNTEC qui était appliqué, avec un versement annuel (au mois de juin de chaque année).

Dans le cadre de l’harmonisation des statuts, la Direction a décidé d’uniformiser la prime de vacances de la façon suivante :

a) Calcul de la prime sur le minimum de la convention collective SYNTEC. Pour les ex-salariés d’INEXIA et de XELIS le montant restera donc inchangé. En revanche, pour les « SYSTRA bleu » le montant de la prime baissera de façon significative. Cependant, pour éviter toute baisse de la rémunération, la différence entre l’ancien calcul et celui de la convention SYNTEC sera réintégré dans le traitement de base des salariés concernés.

b) Versement de la prime de façon mensuelle.

Ces dispositions seront effectives à compter du 1er octobre 2013.

Harmonisation des statuts : prime de vacances

La CFDT prend acte de cette décision unilatérale de la Direction. Et même si aucun salarié ne verra sa rémunération baisser, la CFDT regrette cependant que la Direction ait préféré aller dans le sens d’une harmonisation par le bas, plutôt que de faire bénéficier les ex-salariés d’INEXIA et de XELIS du mode de calcul plus favorable qui existait chez SYSTRA.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Juillet 2013

Harmonisation des statuts : prime d’ancienneté

2. Prime d’ancienneté :

Il existe chez SYSTRA une prime d’ancienneté mensuelle, calculée selon les échelons franchis par le salarié au fur et à mesure de l’ancienneté acquise, que ce soit au sein de SYSTRA ou de toute autre entreprise. Cette prime n’avait pas d’équivalent chez INEXIA ou chez XELIS.

Dans le cadre de l’harmonisation des statuts, la Direction a décidé d’étendre le bénéfice de cette prime à l’ensemble des salariés de SYSTRA à partir du 1er juillet 2014, à condition toutefois d’un changement d’échelon depuis la date de la fusion (soit depuis le 1er juillet 2012). Ces changements d’échelon sont acquis au bout de 2 ans, 4,5 ans, 7 ans, 9 ans, 12 ans, 12 ans, 14 ans, 16 ans ou 19 ans d’ancienneté.

Pour les salariés des anciennes sociétés INEXIA et XELIS dont le changement d’échelon est intervenu entre le 1er juillet 2012 et le 31 décembre 2013, il sera procédé à une régularisation rétroactive du versement de la prime. En revanche, les salariés qui n’auraient pas eu de changement d’échelon entre le 1er juillet 2012 et le 1er janvier 2014, bénéficieront de la prime d’ancienneté mensuelle à partir de la date de leur prochain changement d’échelon.

Si la CFDT salue la décision de la Direction d’étendre à tous cette prime d’ancienneté, en revanche nous dénonçons vigoureusement la condition de "changement d’échelon" pour son entrée en vigueur. En effet, un salarié arrivé au 1er janvier 2012 bénéficiera de la prime dès le 1er janvier 2014 pour ses 2 ans d’ancienneté. Alors qu’un salarié arrivé le 1er décembre 2007, et comptant donc au 1er juillet 2013 une ancienneté de 5 ans et 7 mois, ne touchera rien avant le 1er décembre 2014… En effet, il aura atteint le palier de 4,5 ans d’ancienneté avant la fusion du 1er juillet 2012 (donc pas de prime rétroactive) et devra attendre le palier des 7 ans pour commencer à percevoir la prime. Cette décision arbitraire de la Direction est absolument injuste et inéquitable. Elle pénalise certains salariés sans aucune raison valable. La CFDT demande donc à la Direction de revenir sur cette condition que rien ne justifie, à part la volonté d’économies de bouts de chandelles.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0