Publié le 12 Septembre 2013

Cantine au Farman : la Direction doit agir !

Lors du déménagement des équipes du siège au Farman, en décembre 2012, le restaurant d’entreprise était un point fort du bâtiment, allègrement mis en avant par la Direction : menus de qualité, choix variés, prix défiant toute concurrence, etc. Cependant, la CFDT avait déjà précisé que c’est sur la durée que la qualité du restaurant d’entreprise devrait être jugée, et non pas sur les 15 premiers jours. Bien nous en a pris ! En effet, des critiques de plus en plus nombreuses sont remontées par les salariés de SYSTRA aux élus de la CFDT.

La première remontée porte sur la hausse régulière et significative des prix. Chaque salarié peut constater que les prix des plats principaux, des entrées ou des desserts, ont augmenté de façon extrêmement importante depuis le déménagement. A titre d’exemple, les desserts les plus chers (type pâtisserie) coutaient 1€ en décembre 2012. Après avoir été affichés à 1,20€ au printemps, ils sont désormais vendus à 1,40€ depuis le début de l’été. Ce qui représente une augmentation de 40% en à peine 6 mois… c’est tout simplement inacceptable ! Il va sans dire que la Direction aura du mal à nous justifier des augmentations de salaires de 2% sous prétexte d’une moindre inflation !

La seconde remontée concerne la dégradation de la qualité et de la variété des menus. Elle aussi est ressentie par l’ensemble des salariés et a atteint un paroxysme au mois d’août. Si cette dégradation peut paraître plus subjective à évaluer, des éléments très factuels permettent de l’étayer. Il n’était pas rare cet été de voir des stands proposant des menus peu attirant, et donc absolument vide de salariés, quand dans le même temps une queue importante se formait sur le stand des grillades… De nombreux salariés se rabattant sur le traditionnel « steak haché », faute de choix de qualité sur les autres stands désertés.

Les représentants des salariés de SYSTRA se sont saisis du sujet de la cantine depuis plusieurs mois déjà. Le contrat liant la Direction de SYSTRA à la société prestataire pour la cantine a été passé en revu lors d’une réunion du Comité d’Entreprise au printemps 2013. Il faut dire que jusqu’ici, les élus n’avaient eu aucune information sur ce contrat, puisque la Direction n’avait pas jugé utile d’associer les élus au choix du prestataire. Cet épluchage du contrat a d’ailleurs permis de mettre en évidence que le prestataire ne respectait pas l’ensemble des clauses. Par exemple, le premier pain doit être gratuit quel que soit le type de pain (nature, complet, bio, etc.). Or depuis le début, les pains complets et bio sont systématiquement facturés aux salariés.

Face à ces dysfonctionnements, la mise en place d’une Commission Cantine rassemblant la Direction, le prestataire et des représentants des salariés a été évoquée en mai dernier, mais la Direction n’a jusqu’ici rien mis en œuvre.

Aussi, la CFDT estime que cette situation a assez duré ! Elle demande à la Direction d’agir et de faire respecter le contrat qui la lie au prestataire. La CFDT demande également à la Direction de sursoir à toute augmentation des prix et demande une amélioration significative de la qualité et de la variété des repas. Enfin, nous demandons que la Commission Cantine soit mise en place rapidement afin que les représentants des salariés puissent jouer pleinement leur rôle.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 3 Septembre 2013

Risques psycho-sociaux : ouvertures des négociations

C’est un combat de longue date de la CFDT SYSTRA ! Après avoir bataillé de nombreux mois, nous avions enfin obtenu de la Direction qu’elle accepte d’engager des négociations sur la prévention des risques psycho-sociaux (RPS) (cf. notre article du 18 avril 2013). C’est donc aujourd’hui que s’ouvrent officiellement ces négociations, ce dont la CFDT SYSTRA se réjouit ! Nous attendons désormais de la Direction qu’elle s’engage pleinement et clairement dans le sens d’une obligation de résultat : assurer le bien-être de l’ensemble des salariés de SYSTRA au travail, qu’ils soient basés au siège, en agence, en mission, sur base travaux, à l’étranger, etc. et leur apporter les meilleures conditions de travail possible.

Ce début des négociations est l’occasion, pour la CFDT, de présenter sa position sur le sujet et de formuler ses propositions. Un accord d’entreprise sur la prévention des RPS doit permettre de :

  1. Etablir un diagnostic exhaustif de la situation actuelle au sein de l’entreprise : identifier les salariés en situation de souffrance ou d’isolement, les services dans lesquels la situation est tendue, les équipes qui subissent un stress trop important, etc. Ce diagnostic passe par le lancement d’une grande enquête anonyme auprès de l’ensemble des salariés.
  2. Mettre en place les actions curatives qui permettront de palier sans délais aux situations anormales mises en évidence par le diagnostic.
  3. Définir des méthodes et actions de prévention de façon à instaurer un climat durablement serein dans l’ensemble de l’entreprise.
  4. Fixer aux managers des objectifs en matière de prévention des risques psycho-sociaux vis-à-vis des équipes qu’ils encadrent. Ces objectifs doivent être clairement identifiés lors des entretiens annuels des managers, au même titre que les objectifs de chiffre d’affaires ou de marge qui leur sont confiés.
  5. Définir et suivre des indicateurs adaptés pour mesurer l’évolution de la situation dans l’entreprise. Ces indicateurs peuvent s’appuyer sur des données déjà recensées par la Direction : arrêts maladies, turn-over, etc. Mais il s’agit également de mettre en place des indicateurs ad hoc. La mise en place du nouvel ERP « SPOT » peut être l’opportunité que chaque salarié indique ses heures réellement effectuées, au-delà des seules « 8 heures théoriques quotidiennes ». Le formulaire d’entretien annuel (EED) peut être complété pour permettre aux salariés de s’exprimer librement sur leur situation de stress. Une échelle permettant de mesurer le bien-être peut également être jointe aux formulaires d’EED, fournissant ainsi des données précieuses pour diagnostiquer les situations de risques.
  6. Mettre en place une cellule d’écoute disponible en permanence (y compris pour les salariés en mission) et qui permette à chaque salarié en situation de souffrance de signaler sa situation en toute confidentialité et sans crainte, avec la possibilité d’être épaulé et conseillé.
  7. Définir un calendrier précis pour la mise en œuvre de chacune des actions listées ci-dessus.
  8. Mettre en place une instance de suivi de l’ensemble de ces actions associant la Direction, la médecine du travail, les représentants du personnel (notamment le CHSCT), ainsi que des représentants de chacune des organisations syndicales. Cette instance doit être dotée de moyens adéquats (heures de délégation, moyens de communication, fréquence des réunions, etc.)

Pour la CFDT, la prévention des RPS et le bien-être des salariés de SYSTRA au travail est une priorité. Nous abordons donc ces négociations avec l’objectif résolu d’aboutir à un accord, tout en restant fermes sur les propositions concrètes que nous formulons.

Risques psycho-sociaux : ouvertures des négociations

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Août 2013

C’était l’un des arguments mis en avant par la Direction pour faire passer la pilule du déménagement à Balard : les salariés de SYSTRA pourront s’adonner au sport. Il faut dire que les installations sportives mises en avant ont de quoi séduire : parc Suzanne Lenglen face au siège de SYSTRA, Aquaboulevard et Club Forest Hill à proximité, ou encore la création d’une salle de sport au sein du Farman. Et effectivement, de nombreux salariés du siège pratiquent des activités sportives, notamment lors de la pause de midi : jogging, tennis, football, etc.

Pourtant, si la pratique du sport a été mise en avant, force est de constater que la Direction n’a pas anticipé les « problèmes logistiques » qui en découlent. Ainsi, les 1 500 salariés du siège ne disposent en tout et pour tout que de 4 douches (2 douches hommes et 2 douches femmes) qui sont évidemment prises d’assaut en fin de pause déjeuner, lorsqu’il faut retourner à son poste de travail. C’est ainsi qu’après un tournois de foot, les 4 équipes de 17 personnes chacune (sic) se sont retrouvées simultanément à attendre qu’une des douches se libère…

Sport au Farman… la douche froide !

La situation est devenue plus critique encore début juillet, avec l’ouverture de la salle de sport du Farman. La fin des cours collectifs qui y sont proposés entraine des forts afflux aux douches. Pour tenter de réguler la situation, le Comité d’Entreprise a cru bon de « privatiser » les douches du Farman, en les réservant aux seuls utilisateurs de la salle de sport (cf. affiche ci-contre). Mais cette réponse n’est pas adaptée, puisqu’elle s'est fait sans concertation préalable et pénalise de façon injuste les salariés qui pratiquent du sport en extérieur et qui eux aussi ont le droit de se doucher avant leur reprise du travail.

Aussi, la CFDT défend la seule solution qui permet de résoudre durablement le problème : augmenter le nombre de douches. Plusieurs solutions sont envisageables :

  • Donner la possibilité aux salariés d’accéder aux autres douches du Farman, pour l’instant réservées aux équipes d’entretien du bâtiment,
  • Réaménager les douches existantes en réduisant leur surface pour augmenter leur nombre,
  • Ou tout simplement, engager des contacts avec la Ville d'Issy-les-Moulineaux pour voir comment les vestiaires et douches municipales du Parc Lenglen peuvent être utilisés par les salariés de SYSTRA pratiquant du sport à l'extérieur.

La CFDT souhaite que ces solutions soient mises en œuvre rapidement, de façon à ce que tous les salariés qui le souhaitent puisse pratiquer un sport au travail, et ceci dans les meilleures conditions possibles.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 19 Juillet 2013

Bonnes vacances !!!

Avec une fusion, une réorganisation, un déménagement du siège social et des contrats à poursuivre en parallèle pour nos clients, la saison 2012-2013 aura été particulièrement exigeante et éprouvante pour les salariés de SYSTRA. Pour beaucoup d’entre nous les journées paraissent longues et les trajets domicile-travail interminables… Heureusement depuis début juillet le soleil a fait son grand retour, contribuant à faire passer la pilule d’un printemps bien maussade qui n’a rien arrangé au moral !

Et avec l’arrivée du soleil, c’est aussi les vacances d’été que nous voyons poindre à l’horizon ! D’ailleurs, il faut bien reconnaître que la Direction a fait preuve d’un certain culot, en envoyant à tous les salariés des « conseils pratiques » pour consulter ses mails et messages téléphoniques pendant les vacances !

Mais à la CFDT nous avons un meilleur conseil qui a fait ses preuves : coupez tout ! En vacances n’emportez ni téléphone, ni mail, ni ordinateur, ni dossier. Au contraire, profitez des vacances pour passer du temps en famille et entre amis, pour décompresser, recharger les batteries et tout simplement passez du bon temps ! La Direction aurait presque tendance à l’oublier, mais les vacances sont faites pour se reposer !

Alors bonnes vacances à toutes et à tous et bon été !

Bonnes vacances !!!

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Juillet 2013

La Direction a informé fin juin le Comité d’entreprise de son projet d’harmonisation des primes de vacances et primes d’ancienneté suite à la fusion. Cette harmonisation se fait dans le cadre d’une décision unilatérale de la Direction, sans discussion préalable avec les organisations syndicales. La CFDT regrette cette absence de discussion sur un sujet majeur pour les salariés : celui de la rémunération. Pourtant, la CFDT avait demandé à plusieurs reprises l’ouverture de discussions avant toute prise de décision. Nous renouvelons cette demande sur le sujet des Part Variables / Bonus annuels, qui constituera le prochain grand chantier en matière d’harmonisation des rémunérations.

Retrouvez ci-après le détail des décisions de la Direction sur l’harmonisation des primes de vacances et primes d’ancienneté.

Harmonisation des statuts : prime de vacances

1. Prime de vacances :

Historiquement, la prime de vacances chez SYSTRA s’élève à 0,5 mois de salaires par an. Le versement intervient par douzième (versement mensuel donc). Ce mode de calcul est bien plus favorable que le minimum fixé par la convention collective SYNTEC.

En revanche, chez INEXIA et XELIS c’est le minimum SYNTEC qui était appliqué, avec un versement annuel (au mois de juin de chaque année).

Dans le cadre de l’harmonisation des statuts, la Direction a décidé d’uniformiser la prime de vacances de la façon suivante :

a) Calcul de la prime sur le minimum de la convention collective SYNTEC. Pour les ex-salariés d’INEXIA et de XELIS le montant restera donc inchangé. En revanche, pour les « SYSTRA bleu » le montant de la prime baissera de façon significative. Cependant, pour éviter toute baisse de la rémunération, la différence entre l’ancien calcul et celui de la convention SYNTEC sera réintégré dans le traitement de base des salariés concernés.

b) Versement de la prime de façon mensuelle.

Ces dispositions seront effectives à compter du 1er octobre 2013.

Harmonisation des statuts : prime de vacances

La CFDT prend acte de cette décision unilatérale de la Direction. Et même si aucun salarié ne verra sa rémunération baisser, la CFDT regrette cependant que la Direction ait préféré aller dans le sens d’une harmonisation par le bas, plutôt que de faire bénéficier les ex-salariés d’INEXIA et de XELIS du mode de calcul plus favorable qui existait chez SYSTRA.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 11 Juillet 2013

Harmonisation des statuts : prime d’ancienneté

2. Prime d’ancienneté :

Il existe chez SYSTRA une prime d’ancienneté mensuelle, calculée selon les échelons franchis par le salarié au fur et à mesure de l’ancienneté acquise, que ce soit au sein de SYSTRA ou de toute autre entreprise. Cette prime n’avait pas d’équivalent chez INEXIA ou chez XELIS.

Dans le cadre de l’harmonisation des statuts, la Direction a décidé d’étendre le bénéfice de cette prime à l’ensemble des salariés de SYSTRA à partir du 1er juillet 2014, à condition toutefois d’un changement d’échelon depuis la date de la fusion (soit depuis le 1er juillet 2012). Ces changements d’échelon sont acquis au bout de 2 ans, 4,5 ans, 7 ans, 9 ans, 12 ans, 12 ans, 14 ans, 16 ans ou 19 ans d’ancienneté.

Pour les salariés des anciennes sociétés INEXIA et XELIS dont le changement d’échelon est intervenu entre le 1er juillet 2012 et le 31 décembre 2013, il sera procédé à une régularisation rétroactive du versement de la prime. En revanche, les salariés qui n’auraient pas eu de changement d’échelon entre le 1er juillet 2012 et le 1er janvier 2014, bénéficieront de la prime d’ancienneté mensuelle à partir de la date de leur prochain changement d’échelon.

Si la CFDT salue la décision de la Direction d’étendre à tous cette prime d’ancienneté, en revanche nous dénonçons vigoureusement la condition de "changement d’échelon" pour son entrée en vigueur. En effet, un salarié arrivé au 1er janvier 2012 bénéficiera de la prime dès le 1er janvier 2014 pour ses 2 ans d’ancienneté. Alors qu’un salarié arrivé le 1er décembre 2007, et comptant donc au 1er juillet 2013 une ancienneté de 5 ans et 7 mois, ne touchera rien avant le 1er décembre 2014… En effet, il aura atteint le palier de 4,5 ans d’ancienneté avant la fusion du 1er juillet 2012 (donc pas de prime rétroactive) et devra attendre le palier des 7 ans pour commencer à percevoir la prime. Cette décision arbitraire de la Direction est absolument injuste et inéquitable. Elle pénalise certains salariés sans aucune raison valable. La CFDT demande donc à la Direction de revenir sur cette condition que rien ne justifie, à part la volonté d’économies de bouts de chandelles.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 1 Juillet 2013

Déblocage anticipé de l’épargne salariale

Le parlement a adopté fin juin une loi sur le déblocage anticipé de l’épargne salariale (intéressement et participation). Les salariés seront ainsi autorisés, à titre exceptionnel, à débloquer entre le 1er juillet et le 31 décembre 2013 les sommes acquises à ce titre, tout en bénéficiant des avantages sociaux et fiscaux liés à l’épargne salariale.

ATTENTION :

  • Ce déblocage concerne les primes d’intéressement et de participation épargnées sur le Plan Epargne Entreprise avant le 1er janvier 2013, dans la limite de 20 000 euros net de prélèvements sociaux. Les sommes placées fin juin 2013 au titre de l’intéressement sur l’exercice 2012 de SYSTRA ne sont donc pas concernées.
  • Les sommes débloquées devront financer l’achat d’un ou plusieurs biens, en particulier dans le secteur de l’automobile, ou la fourniture d’une ou plusieurs prestations de services. Elles ne devront donc pas être épargnées (compte épargne, livret, assurance vie, PEA, etc.). Le salarié est tenu de tenir à la disposition de l’administration fiscale les pièces justificatives attestant l’usage des sommes débloquées conformément à la loi.

Il sera procédé au déblocage en une seule fois sur demande des intéressés. L’employeur ou l’organisme gestionnaire seront chargés de déclarer à l’administration fiscale le montant des sommes débloquées.

La loi précise également qu’il incombe à l’employeur, dans un délai de deux mois à compter de sa promulgation, d’aviser les salariés de leurs droits. Nous attendons donc avec impatience la communication de la Direction de SYSTRA !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 25 Juin 2013

LES Z'INFOS du 24 juin 2013

La CFDT SYSTRA vous propose le numéro de juin de sa lettre d'information : LES Z'INFOS, distribué ce matin au Farman.

Au sommaire : le temps de travail, la situation de la filiale IMP, les indemnités repas en Province, ou encore l'actualité du CHSCT. Le numéro est téléchargeable ci-dessous :

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 24 Juin 2013

POINT D'ACTUALITE CHSCT

1) Situation au Farman

L’absence de sérieux de la Direction dans son projet, et plus spécialement au moment du choix du déménagement au Farman fait l’unanimité syndicale au sein du CHSCT ! Ce choix d’aménagement bâclé impacte aujourd’hui encore fortement les salariés : températures élevées, fuites d’eau, luminosité ingérable du fait de la présence stores solidarisés, et d’autres points encore non réglés à cette date. A noter que l’enveloppe mise à disposition pour les travaux de réadaptation s’élève actuellement à 250 000 euros.

A ce jour, le CHSCT n’a pas eu les plans des aménagements projetés, mais seulement quelques éléments donnés en réunion.

Organisation des travaux : plusieurs petits travaux de 2/3 jours. L’ensemble sera terminé fin juillet.

Le Président du CHSCT, également Directeur de l’établissement du Farman, précise que les salariés concernés par les travaux seront informés. N’hésitez pas à nous faire remonter tout souci de communication.

Point thématique :
  • Stores : Travaux de désolidarisation en juin-juillet. Pour le moment, seuls les bureaux d’angle sont concernés.

  • Bruit : Tisaneries : pas de plans fournis sur les aménagements envisagés. Quelques éléments ont été donnés au CHSCT à l’oral (cf. description par bâtiment ci-dessous).

  • Eclairage : Une fourniture d’éclairages supplémentaires est envisagée. Dans l’immédiat, un déplacement des éclairages existants en fonction de la configuration réelle des bureaux devrait être réalisé pendant les travaux.

Point par bâtiment du Farman :
  • SITI : Des tisaneries et zones traceurs vont être déplacés. Le service Documentation va migrer au 3ème étage, à la place du Service « Moyens Généraux », positionné temporairement le temps des travaux de réalisation du futur cabinet médical, au Rez-de-chaussée du SITI, près du CE.
  • PARIS (5ème et 6ème étage) : Travaux sur les tisaneries et partitionnement des plateaux projets
  • LENGLEN : l’ensemble des tisaneries situées coté Héliport seront rapatriées sur les paliers d’ascenseurs. Des accès aux Toilettes seront cloisonnés (étages concernés ?). Création de 1 à 2 bureaux chez Systra Conseil. Cloisonnements prévus pour le Département du Management des Projets

POINT D'ACTUALITE CHSCT

2) Retour sur la visite de l'Agence de Lyon

Immeuble Deruel

Cafétéria : lors d’un CE au printemps, le DRH a annoncé que l’indemnité repas serait la même pour tout le monde.

Plateau : Un petit plateau de 7/8 personnes pose des problèmes : chaleur, exigüité, manque de rangements, risque de chocs… ont été relevé par le CHSCT qui a demandé à prendre des mesures sans délai afin de corriger cette situation

Un manque d’armoires et de vestiaires pour les Equipements de Protection Individuelles a également été consigné et demandé par le CHSCT.

Pour la climatisation, le Directeur d’Agence informe que c’est le propriétaire qui gère celle-ci à l’échelle du bâtiment. Le CHSCT a toutefois demandé de faire vérifier et réparer, le cas échéant.

Immeuble Villette

Salle repas : le Directeur d’Agence confirme qu’il s’agit également d’une salle de réunion. Les réunions sont annoncées via un planning et une note d’information préalable. Le Directeur d’Agence annonce que les réunions ne sont, sauf difficulté, pas organisées entre midi et deux heures.

Luminosité : très forte coté rue. Les stores, ainsi que leur couleur blanche sont inadaptés. Le CHSCT a demandé un remplacement de ceux-ci par des stores plus adaptés au plus tôt.

Enfin, le CHSCT a demandé une mise en place très rapide de douches

Remarques communes aux deux immeubles :

Absence de panneaux d’affichage : préjudiciable à l’information légale des salariés : liste des Sauveteurs Secouristes du Travail, des guides et serre-files, des délégués (CE, CHSCT, DP…) ; affichage de la réglementation relative à l’égalité, aux harcèlements…

L’agence de Lyon connaît encore des problèmes de livraisons : l’envoi de matériel est géré par les secrétaires de chaque région : est-ce bien pertinent ? Une amélioration est constatée, mais un réel progrès est attendu.

Nota : un projet de rapprochement des deux sites Lyonnais est actuellement envisagé

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 17 Juin 2013

Indemnité repas : un nouveau pas pour l’égalité Paris – Province

A partir du 1er juillet 2013, tous les salariés de SYSTRA basés de façon sédentaire en Province (salariés des agences et donc hors « base projet spécifique ») bénéficieront d’une indemnité repas de 4,90 € par jour. Cette contribution de l’employeur aux frais de repas est l’équivalent de la prise en charge des droits d’admission au restaurant d’entreprise du Farman, pour les salariés du siège.

La CFDT se réjouit de cette avancée, qui a été rendue possible grâce à la mobilisation conjointe, depuis février, des salariés des agences de Province, des Délégués du Personnel et des représentants au Comité d’Entreprise.

Il s’agit d’un nouveau pas en faveur de l’égalité de tous les salariés de SYSTRA, qu’ils soient basés au siège ou en Province. Rappelons que depuis le 1er janvier 2013 nous avions déjà obtenu de la Direction qu’elle étende aux salariés de Province la prise en charge à 100% des abonnements de transport urbain, qui était déjà effective à Paris pour les salariés du siège.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0