Publié le 6 Janvier 2020

 

Suite à l'attaque "déplacée" du syndicat CFE-CGC à l'encontre des femmes élues de la CFDT, l'audience judiciaire aura lieu :

Mardi 7 janvier 2020 à 14h
Parvis du Tribunal de Paris
75859 PARIS Cedex 17
Audience Civile - Pôle Social
(audience CEP - contentieux des élections professionnelles)

 

Le numéro et l'étage de la salle d'audience sera indiqué par voie d'affichage dans le hall d'accueil du tribunal.

Vous pouvez venir nous soutenir et exprimer votre mécontentement suite à cette action et combien la parité hommes / femmes doit être respectée à SYSTRA.

 

 

 

 

 

 

On espère un jugement qui tiendra compte de la réalité et non pas uniquement des textes de lois.

Egalité femmes hommes :
un point c'est tout

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 23 Décembre 2019

Toute l’équipe de la CFDT SYSTRA vous présente ses meilleurs vœux à l’occasion de la nouvelle année 2020 !

 

Nous vous souhaitons une année pleine de bonheurs et de projets, tant sur le plan professionnel que personnel. En particulier chez SYSTRA, la CFDT sera pleinement engagée pour faire de 2020 une année de solidarité, de fraternité, de progrès pour la justice sociale, l’égalité hommes-femmes et l’environnement.

Chez SYSTRA, l’année 2020 s’annonce chargée sur le plan syndical. Les négociations annuelles, portant notamment sur les salaires, se poursuivront dès début janvier et surtout l'accord sur l'Intéressement devra être renégocié et signé avant le 30 juin 2020.

La CFDT défendra le pouvoir d’achat des salariés, qui a été mis à rude épreuve en 2019 par les décisions du Directoire que nous n’avons cessées de contester.

N’hésitez pas à prendre contact avec la section syndicale CFDT directement depuis l’onglet « contact » du blog.

Bonne année 2020 à tous !

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 12 Décembre 2019

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 15 Novembre 2019

Violences faites aux femmes : Ensemble, brisons l’omerta !
Publié le 14/11/2019 - Par Marie-Nadine Eltchaninoff

• Chaque année, 219 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles commises par leur partenaire ancien ou actuel.
• La lutte contre les violences faites aux femmes, dans et hors de l’entreprise, est un seul et même combat. La CFDT le mène aux côtés des associations et sur les lieux de travail.

Du violet, couleur du féminisme, et une touche d’orange : c’est le dress code de la manifestation organisée le 23 novembre à l’occasion de la journée contre les violences faites aux femmes. À la manœuvre, le collectif #NousToutes, qui réunit associations féministes et organisations syndicales, dont la CFDT, autour d’un objectif commun : briser le silence et l’inaction face aux violences conjugales et aux féminicides. La mobilisation précédera de peu les annonces du gouvernement prévues le 25 novembre, en conclusion du Grenelle des violences conjugales, lancé par Édouard Philippe et Marlène Schiappa au début septembre.

Les groupes de travail du Grenelle, composés d’associations, d’experts et de professionnels (justice, police et santé…) ont remis le 29 octobre une soixantaine de propositions au gouvernement à l’occasion d’un bilan à mi-étape. Plusieurs pourraient être retenues : la création d’un protocole d’accueil des victimes dans les commissariats et gendarmeries, la mise en place du téléphone grave danger, l’accès 24 heures sur 24 au numéro spécial 3919 ou la création de places d’hébergement d’urgence.

Des mesures propres à l’entreprise

D’autres mesures relèvent plus directement de l’entreprise. Les acteurs du Grenelle suggèrent de sensibiliser les employeurs et le management aux violences domestiques et d’impliquer davantage les partenaires sociaux. Ces pistes de travail font écho à la convention internationale sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail fondée sur le genre, adoptée en juin dernier par l’Organisation internationale du travail (OIT), et qui intègre les violences conjugales. « Nous attendons du gouvernement français qu’il ratifie la convention et qu’il réunisse les organisations syndicales et patronales pour discuter de sa transposition en droit français, intervient Béatrice Lestic, secrétaire nationale responsable du dossier de l’égalité femmes-hommes. Le sujet des violences conjugales ouvre une série de questions. Les solutions actuellement évoquées, l’octroi de jours de congé exceptionnels, l’aménagement des horaires de travail ou l’organisation de mobilités géographiques, doivent être discutées et le cadre de ces droits doit être défini. »

Ce sujet des violences conjugales s’ajoute à celui des violences sexistes et sexuelles au travail (VSST) dont la prise en charge est prévue par la loi Avenir professionnel votée en 2018. Celle-ci a rendu obligatoire la désignation de deux référents VSST, l’un à la direction des ressources humaines, l’autre parmi les élus du CSE. « Lors de la concertation qui a précédé, la CFDT a bataillé pour obtenir l’obligation de désigner un référent côté élus, souligne Béatrice Lestic. À l’heure où 50 % des comités sociaux et économiques restent à mettre en place, il n’est pas envisageable que ce mandat ne soit pas assumé par la CFDT. »

Les élus référents, un appui central

Longtemps sujet tabou, les violences conjugales sont désormais comprises comme étant liées au sexisme à l’œuvre dans la société. « On ne dépose pas son sac à dos des violences en passant la porte de l’entreprise », juge Karine Foucher, secrétaire régionale de la CFDT-Bretagne, plutôt confiante quant à la mise en place des référents dans les CSE de sa région. « Le travail de sensibilisation aux VSST est fait, nos militants sont formés au rôle de référent et prêts à s’engager sur l’aide à apporter aux femmes, y compris en cas de violences conjugales. »

Un défi que Coura Dia, déléguée syndicale à la MAAF et référente VSST, est déterminée à relever : « Le regard sur les violences conjugales a changé. La médiatisation autour de #MeToo puis des féminicides y a beaucoup contribué. C’est important, car nous pouvons tous côtoyer, sans le savoir, des femmes en danger ou fragilisées. » Quand Coura Dia rencontre les salariés dans les services, elle prend le temps d’expliquer son mandat de référente et laisse toujours ses coordonnées. « Plusieurs jours après une visite de site, j’ai été contactée par une salariée qui subissait des violences dans son couple, se souvient-elle. Elle avait besoin d’aide et de temps pour contacter un avocat et s’occuper de la garde des enfants. Avec son accord, nous avons mis le DRH et son management direct dans la boucle. » Selon la déléguée syndicale, le travail en lien avec les associations spécialisées est d’une aide précieuse. « Nous orientons les salariées en difficulté vers les centres d’information, les associations ou encore le planning familial, qui apportent tous un soutien très concret. » De l’avis de la plupart des référents, le sujet, qui peut faire peur, doit être dédramatisé. « Il faut avoir une bonne écoute et être formé », admet Renaud Dalmar, délégué syndical et référent chez Radio France, qui a déjà été confronté à plusieurs cas de harcèlement sexuel. « C’est très proche de la gestion des risques psychosociaux en général. J’encourage également les militants à s’engager sur ce mandat, car il est temps que les hommes eux aussi mènent la lutte contre la domination masculine au sein de l’entreprise. »

mneltchaninoff@cfdt.fr 

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 13 Novembre 2019

Pas grand chose lors de cette 1ère réunion de CSE pour SYSTRA

 

  • SYSTRA a toujours des pb de trésorerie
  • Présentation des BU : Génie Civil (Christian Gilbert), Systèmes (Dominique Roux), Marchés Urbains (Vincent Dugay)

On vous rassure : tout va bien dans ces directions, avec de belles perspectives pour 2020.

Après... on ne sait pas

On a même droit à la présentation de la nouvelle Direction RH de FRS par la Directrice démissionnaire qui est partie fin octobre-2019 (pour RAPPEL le DRH France est parti fin septembre-2019).

 

  • Rupture conventionnelle de l'ancienne secrétaire du CE.

A peine élue et déjà partie

Prochaine réunion le 20 novembre 2019

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 5 Novembre 2019

Chers collègues,

ça y est, nous avons atteint cette date symbolique : à partir d’aujourd’hui, et jusqu’à la fin de l’année, le travail des femmes en France est gratuit, du 5 novembre au 31 décembre 2019.

En 2019, les inégalités salariales entre les hommes et les femmes persistent et sont estimées en moyenne à 15%(1), soit :

  • 1h12 non rémunérées chaque jour (sur la base d’une journée de 8h) ;
  • Ou bien 6 semaines par an non rémunérées (et ça commence aujourd’hui, le 5 novembre) ;
  • Ou bien 6 années pendant lesquelles les femmes ne sont pas payées, en prenant les 42 annuités de cotisation.

A Systra, les différences de salaire entre les hommes et les femmes ne sont pas communiquées. Pour autant, l’entreprise déclare « mener des actions en faveur de la réduction des écarts de rémunération » selon le sexe, et reconnaît donc l’existence même de cet écart.

Côté salariées, 50% des femmes chez SYSTRA considèrent ne pas avoir les mêmes perspectives de carrières que leurs homologues masculins (2)… Comment s’en étonner devant l’absence de diversité au sein du Directoire et dans les plus hautes instances de décision ?

Cette journée est l’occasion d’informer largement sur ces écarts de salaires existant aujourd’hui en France entre les hommes et les femmes et de se mobiliser ensemble contre ces inégalités persistantes.

Il est question ici d’équité sociale. Comment peut-on accepter qu’une partie de la population travaille gratuitement pendant 6 ans, pour une entreprise à but lucratif ?

Cette journée est également l’occasion de prendre conscience du sexisme perdurant au sein des entreprises.

A SYSTRA, 38% des salariés déclarent avoir été témoins de comportement sexiste (2). Les remarques sexistes, les surnoms infantilisants, l’humour grivois ou les remarques sur la tenue vestimentaire, jugée trop féminine, ne doivent pas être tolérés.

 

Que cette date tristement symbolique soit l’occasion d’une prise de conscience collective !

 

(1) Source : Eurostat

(2) Source : Enquête Women @ Systra mai 2019 & 590 répondants en France, 277 femmes et 313 hommes

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 29 Octobre 2019

Le syndicat CFE-CGC de SYSTRA, représenté par son délégué syndical, a intenté une action en justice contre nos 3 élues CFDT au CSE,(2 cadres et 1 employée) car les femmes étaient surreprésentées sur la liste CFDT au regard de la part d’hommes et de femmes dans leurs collèges respectifs.

 

Nous avons présenté 33% de femmes dans nos listes de cadres, la part des femmes cadres à SYSTRA étant de 29%.

 

Il demande donc purement et simplement l’annulation de leur élection.

 

Se battre pour réduire la parité homme/femme au sein des instances représentatives de SYSTRA, c’est vraiment un comble !

 

 

 

Ce n'est pas notre façon de voir les choses ...

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

Egalité femmes hommes : un point c’est tout

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

Du 20 au 26 octobre, la CFDT Île-de-France s’installe dans une boutique éphémère en plein coeur des Halles à Paris. Objectif : rendre visible la CFDT dans le quartier et inviter les salariés et agents des fonctions publiques à découvrir notre organisation à travers diverses animations et forums thématiques.

En savoir plus

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 5 Octobre 2019

Notre Blog CFDT - SYSTRA  à 7 ans aujourd'hui

Joyeux Anniversaire

---------------------------------------------------------------------------------------

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0

Publié le 2 Octobre 2019

La CFDT vous remercie de vos votes lors de cette élection professionnelle pour le CSE.

Cette mandature va durer 4 ans, pendant cette période nous continuerons à travailler pour défendre vos intérêts et être force de proposition.

Voici les résultats : la CFDT a obtenu +17% des voix mais surtout a pu obtenir 3 sièges et n'est dépassée que par l'UNSA (6 sièges).

UNSA FO CGC CGT CFDT
21,12% 21,12% 20,96% 19,79% 17,01%

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LE CSE EN SIEGES

  UNSA FO CFDT CGT CGC
CSE 6 3 3 2 1
CSSCT 6 5 1 1 2

CSSCT : Commission Santé Sécurité et Conditions de Travail (ex CHSCT)

 

La composition de la Commission SSCT annoncé par le secrétaire du CSE ne reflète pas le vote des salariés. Ce choix unilatéral ne correspond pas aux résultats du vote des salariés exprimés lors de l'élection CSE.

Les élus CFDT ont réclamé le strict respect des résultats en faisant une réparation proportionnelle dans la composition de la Commission SSCT.

Nous espérons que cela soit différent à l'avenir et que le CSE soit plus participatif.

N'hésitez pas à venir nous rejoindre pour avancer les choses à Systra.

Voir les commentaires

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0