Intéressement : les négociations tournent court

Publié le 13 Mai 2014

Intéressement : les négociations tournent court

Depuis février, les Organisations syndicales et la Direction négocient un nouvel accord d’intéressement pour les exercices comptables 2014-2015-2016. La CFDT, l’UNSA et la CFE-CGC avaient d’ailleurs présenté début avril des propositions communes concrètes pour ce nouvel accord.

Le 9 avril, lors d’une séance de négociations la Direction avait avancé les propositions suivantes :

  • Déclenchement d’un intéressement dès que 90% du résultat budgété est atteint
  • Enveloppe d’intéressement « normale » correspond à 18% de l’EBIT (résultat d’exploitation)
  • Répartition de l’enveloppe exclusivement au prorata du salaire

Face à ces propositions, les Organisation syndicales avaient notamment demandé :

  • De descendre le seuil de déclenchement de l’intéressement à 80% du budget atteint, pour tenir compte notamment des budgets très ambitieux fixés par les actionnaires
  • D’augmenter l’enveloppe d’intéressement autour de 20% de l’EBIT
  • De rendre plus juste la répartition de l’enveloppe, en limitant la part au prorata du salaire

Or, deux nouvelles séances de négociations se sont tenues en avril. Entre deux, la Direction a revu sa position... à la baisse ! Elle propose désormais :

  • Déclenchement d’un intéressement quand 95% du budget est atteint... Les conditions de déclenchement sont donc durcies alors même que le budget est ambitieux !
  • Enveloppe d’intéressement « progressive » sur les 3 années de l’accord, passant de 9% de l’EBIT en 2004, à 12% en 2015 et à 14% en 2016... La Direction divise donc par deux l’intéressement qu'elle propose en 2014 ! Et même avec son soi-disant « intéressement progressif », le niveau pour 2016 n’atteint même pas les 18% proposé dans la première mouture du texte !
  • Et pour espérer « faire passer la pilule » aux syndicats, la Direction propose de répartir l’enveloppe égalitairement entre tous les salariés, sans tenir compte du salaire

Mais en jouant cette comédie de très mauvais goût, la Direction reprend à son compte de rôle de Marie-Antoinette version SYSTRA : alors que les organisations syndicales ne se contentaient pas d’un peu de pain pour les salariés, et réclamaient plutôt de la brioche… la Direction propose que l’on se répartisse équitablement quelques miettes de pain rassis ! Honteux !!!

Le tableau ci-dessus présente l’évolution de l’intéressement à SYSTRA depuis 2011, ainsi que les propositions de la Direction pour 2014.

Le tableau ci-dessus présente l’évolution de l’intéressement à SYSTRA depuis 2011, ainsi que les propositions de la Direction pour 2014.

Intéressement : les négociations tournent court

Pour la CFDT l’attitude de la Direction de SYSTRA n'est pas acceptable ! Avec l’intéressement qu’elle propose, elle ne consent donc à verser aux salariés de SYSTRA que quelques miettes par rapport aux millions de profits que réalise l’entreprise et aux millions de dividendes que se partagent les actionnaires. Pire encore, alors que le but même des négociations et du dialogue social est de permettre l’amélioration d’un texte d’accord, comment la Direction peut-elle durcir et diviser par deux sa propre proposition entre deux séances de négociation ?

La Direction souhaite désormais clore les négociations et passer en force devant le Comité d’Entreprise. Elle prétend vouloir mettre les syndicats face à leurs responsabilités : si le texte qu’elle propose n’est pas signé avant le 30 juin, il n’y aura pas d’intéressement sur l’exercice 2014 (versé en juillet 2015).

Mais pour la CFDT, la Direction est la seule responsable de cette situation de blocage. C’est elle qui a divisé par deux sa propre proposition entre le 9 avril et le 22 avril !

Rédigé par CFDT SYSTRA

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
c'est inquiétant tout ça...
Répondre